AccueilEconomieUne alliance judicieuse entre Hynova et Ephyra

Une alliance judicieuse entre Hynova et Ephyra

Créée par Chloé Zaied en janvier 2020, la start-up ciotadenne Hynova, qui a conçu le premier bateau à propulsion électro-hydrogène au monde, a franchi un nouveau cap en s’alliant avec le groupe Ephyra, basé à Genève et désormais à La Ciotat.
Chloé Zaied et David Mouquet, lors de la 5e édition de Méditerranée du Futur, le 6 décembre 2022, au Parc Chanot, à Marseille.
J.-P. Enaut - Chloé Zaied et David Mouquet, lors de la 5e édition de Méditerranée du Futur, le 6 décembre 2022, au Parc Chanot, à Marseille.

Economie Publié le ,

De nouvelles perspectives se dessinent désormais pour la start-up Hynova, installée sur le site naval de La Ciotat. Cette TPE, spécialisée dans la conception, la construction et la commercialisation de bateaux à propulsion électro-hydrogène, s'est en effet associée le 23 septembre 2022 avec le groupe franco-suisse Ephyra, présidée par David Mouquet.

L'entrepreneuse Chloé Zaied, diplômée de l'Ecole de la Marine marchande de Marseille, s'était lancée, il y a trois ans, dans une aventure audacieuse avec la création d'Hynova. Consciente que le nautisme s'avère une des activités les plus polluantes, elle s'était attelée avec conviction et surtout beaucoup de détermination à la réalisation de son projet novateur. Le petit yacht appelé The New Era, nom du démonstrateur de 42 pieds, soit 12,60 mètres, est le premier modèle utilisant de l'hydrogène stocké à bord pour naviguer sans rejet de C02, ni gaz nox, ni fuite d'hydrocarbure. En dépit des qualités intrinsèques en termes d'innovation, d'écologie et d'économie, le projet ne parvient pas à se développer. « Nous avions pourtant séduit de nombreux clients et investisseurs, lors de salons nautiques à Dubaï et à La Ciotat, avec ce bateau qui avait navigué pendant un an et demi mais il n'y avait pas l'avitaillement. Nous étions dépendants à la fois de la production et de la distribution d'hydrogène qui ne suivait pas », explique Chloé Zaied.

La Ciotat : Hynova lancera en avril l’industrialisation de son bateau électro-hydrogène

La TPE qui élabore un business plan et un business model s'aperçoit de manière tangible de sa vulnérabilité. Les relations entretenues au fil des mois entre les deux entités se concrétisent alors fin septembre 2022. Ephyra rachète alors 51 % des parts de Hynova. « Je reste présidente d’Hynova et assure également la direction générale d'Ephyra afin de nous donner toutes les chances de réussite de cet écosystème proposant une solution unique : un bateau avec sa propre station hydrogène vert et tous les services. Ephyra a su constituer une "dream team", un comité de direction expérimenté... et me voilà dans cette aventure passionnante », confie la jeune femme.

Une production en série pour Hynova

Le développement du projet reste toutefois lié à la mise en place de stations hydrogène avec des opérateurs privés sur les ports de plaisance appartenant au domaine public maritime. « Or, personne ne voulait s'affranchir de la question de la rentabilité à court terme », estime Chloé Zaied. Avec cette alliance, une partie du problème est donc résorbé. Ephyra va intégrer le site naval de La Ciotat pour mettre en place l'écosystème. « Notre objectif est de réaliser dix stations pouvant intégrer chacune quatre bateaux - en France et en Europe - d'ici à cinq ans avec une gestion propre », souligne-t-elle. Cela reste pour autant conditionné à l'accord nécessaire des autorités portuaires.

La Ciotat : Atlas, le fleuron du chantier naval

Hynova est d'ores et déjà prête pour se lancer dans la production de bateaux. « Nous allons assurer la partie opérationnelle avec la fabrication, le montage, l'assemblage et l'intégration », détaille la dirigeante. C'est la raison pour laquelle Hynova recherche de nouveaux locaux plus spacieux sur le site pour parvenir à ces objectifs. « Nous avons le soutien de La Ciotat Shipyards pour disposer de locaux avec la superficie requise pour atteindre nos objectifs de fabrication », confie-t-elle. Hynova espère ainsi doubler la capacité de production avec 40 bateaux en nom propre et 40 en commande extérieure, dont 8 subventionnés partiellement par l'Ademe. Hynova dispose d'une alliée de première date avec la Région Paca qui croit fermement à cette entreprise et cette filière porteuse. « Nous cochons toutes les cases en matière d'innovation, d'indépendance énergétique, d'énergie renouvelable. Ce serait une première mondiale pour la région. Nous pensons avoir un écosystème assez exemplaire», a-t-elle estimé.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 février 2023

Journal du03 février 2023

Journal du 27 janvier 2023

Journal du27 janvier 2023

Journal du 20 janvier 2023

Journal du20 janvier 2023

Journal du 13 janvier 2023

Journal du13 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?