AccueilImmobilierUn nouveau chantier pour Interxion à Marseille

Un nouveau chantier pour Interxion à Marseille

Ses trois datacenters ne suffiront pas à satisfaire la croissance des services numériques anticipée par le groupe : il édifie donc un quatrième site sur le port de Marseille.
Un nouveau chantier pour Interxion à Marseille
J.-C. Barla - Le chantier du MRS4 est déjà bien engagé, près de la porte 4 du Grand Port Maritime de Marseille.

Immobilier Publié le , par

En 2022, Interxion aura déployé à Marseille plus de 24 000 m2 d’espaces informatiques à travers ses datacenters MRS 1 à la Villette, MRS2, MRS3 et MRS4, côte à côte dans l’enceinte portuaire. Ce dernier projet a été lancé le 27 mai par le fournisseur européen de solutions de data centers qui ambitionne de faire de la ville le 5ème hub internet mondial dans les deux ans. Et il y met les moyens : 125 millions d’euros sont investis dans la construction de 6 700 m2 dotés d’une puissance de 13,6 MW et dans l’équipement des salles informatiques pour des clients du cloud, des télécoms, des médias numériques…

Le site qui se veut exemplaire sur le plan environnemental sera raccordé, comme les deux centres précédents, à la « galerie à la mer » qui relie Gardanne à Marseille en souterrain, afin de se doter d’un système de refroidissement « river cooling », annoncé comme 30 fois plus économe en énergie qu’une installation traditionnelle, ce qui lui a valu d’être soutenu financièrement par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’ADEME.

« Un datacenter, c’est une usine électrique et énergétique avant d’être digitale, indique Fabrice Coquio, président d’Interxion France. Nous avons une responsabilité environnementale. Nous veillons aussi à l’intégration de nos bâtiments dans cette ville-hub, en faisant en sorte qu’ils soient beaux pour être acceptés, voire qu’ils deviennent des marqueurs sur le territoire ».

MRS2, né de la restructuration des anciens ateliers Fouré-Lagadec, et MRS3, fruit de la réhabilitation complète de l’ex-friche de la base allemande Martha de sous-marins, ont transformé l’entrée du port par la Porte 4. MRS4 s’inscrira dans la même veine tout en ayant sa personnalité architecturale propre. « Ces datacenters ont changé la physionomie du port », admet Hervé Martel, président du directoire du Grand port maritime de Marseille.

Maximiser les impacts locaux

Bouygues Bâtiment, Bouygues Energies & Services et Schneider Electric sont les partenaires d’Interxion dans la concrétisation de ce projet. Pour Bruno Botella, président de Bouygues Bâtiment Sud-Est, « l’enjeu de MRS4 est de livrer un édifice de haute technologie dans des délais serrés tout en répondant aux enjeux de sécurité, de fiabilité et d’évolutivité. Toutes nos équipes s’y attèlent avec énergie ».

Le maire de Marseille, Benoit Payan, se félicite de l’éclairage porté sur la ville par cet investissement. Il invite Interxion à en maximiser l’impact social en s’efforçant de « partager la valeur » avec les jeunes Marseillais des quartiers environnants, notamment en matière de formation ou d’emploi, mais aussi de promotion et de pédagogie sur les enjeux de la transition numérique. Juliette Trignat, secrétaire général de la Préfecture des Bouches-du-Rhône, note que « 30 emplois directs découlent de l’exploitation de chaque datacenter » mais les retombées indirectes irriguent tout le territoire. « Interxion a été le plus gros investisseur de la cité phocéenne ces dernières années », a souligné le président du conseil régional, Renaud Muselier, en rappelant que le premier raccordement de câble internet sous-marin à Marseille date de 1999. La ville en compte 14 désormais et d’autres sont attendus.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?