AccueilEconomieUn bureau, un toit… et pourquoi pas avec Les Bureaux du cœur ?

Un bureau, un toit… et pourquoi pas avec Les Bureaux du cœur ?

Les Bureaux du cœur invite les chefs d’entreprise à accueillir dans leurs locaux, le soir et le week-end, des personnes sans domicile. Ronan Chesnel nous en explique le fonctionnement… et rassure les plus frileux.
Ronan Chesnel a créé et pilote l’antenne départementale du Bureau du coeur.
D.R. - Ronan Chesnel a créé et pilote l’antenne départementale du Bureau du coeur.

Economie Publié le ,

Les Nouvelles Publications : Vous dirigez depuis un an l’antenne marseillaise des Bureaux du coeur. Comment avez-vous rejoint l'association ?
Ronan Chesnel : J’ai fait mes études de communication avec le fondateur breton, Pierre-Yves Loaec. Il a créé la première antenne de l’association en 2020 à Nantes. Depuis, nous avons ouvert dans une dizaine de département, dont les Bouches-du-Rhône cette année.

Combien avez-vous d’adhérents ?
Nous en sommes au tout début de l’aventure marseillaise. La mise en œuvre a réellement commencé cet été. Nous avons pour l’instant un seul chef d’entreprise intéressé et sommes en train de finaliser l’accueil d’une personne dans ses locaux.

Comment cet hébergement inédit fonctionne ?
Une convention est signée entre Bureaux du cœur, l’entreprise et une association relais, qui nous présente un futur « invité ». L’hébergement reste temporaire, entre un et trois mois.

Quelles conditions l’entreprise doit-elle remplir pour accueillir une personne validée par Les Bureaux du coeur ?
Elle doit disposer d’un lieu pour que l’invité puisse dormir, faire sa toilette et se préparer à manger. Si l’entreprise loue ses bureaux, elle doit en informer son bailleur et de toute façon, son assureur, même si elle en est propriétaire.

Comment rassurer le chef d’entreprise sur le bon déroulement de cet accueil ?
D’une part, nous signons un contrat avec différents engagements. D’autre part, vous imaginez bien que les personnes que l’on propose sont sérieusement auditionnées auparavant. Nous refusons toute forme d’addiction par exemple. Elles sont hébergées seules, se conforment à des règles d’hygiène strictes, respectent des horaires précis. Mais je crois surtout à la bienveillance et à la confiance, de part et d’autre. Les personnes qui sont déjà passées par Les Bureaux du cœur en France, environ 70 depuis deux ans, ont tout intérêt à ce que ça se passe bien.

Quels sont les profils des « invités » ?
Ils sont divers. Ce sont tous des personnes en grande précarité. Cela peut-être une femme victime de violence conjugale, une personne expulsée faute d’avoir payé son loyer, un accident de la vie lié à une perte d’emploi, une maladie. Ce n'est pas exhaustif car chaque cas reste différent, mais cela fait partie des exemples les plus fréquents.

L’idée est solidaire mais la mise en œuvre peut paraître compliquée pour le chef d’entreprise. Il ouvre quand même ses locaux à un tiers qu’il ne connaît pas…
Bien sûr. Mais je dirais que c’est pareil quand on loue un bien. Il y a un contrat de location et on ne connait pas la personne. Il faut faire confiance… Moi-même j’héberge des réfugiés depuis quelques années. J’en ai reçu sept chez moi et cela ne s’est pas bien passé avec un seul. Chaque invité est encadré par l’association « tiers » et nous n’avons à déplorer à ce jour aucun problème de dégradation ou autre. Nous demandons aussi à ce qu’il soit désigné dans l’entreprise un salarié « référent ». Cela crée un lien concret et implique tout le monde dans cette expérience solidaire. J’espère que notre action va convaincre les chefs d’entreprise du département. C’est une idée simple qui sert de tremplin de vie aux personnes qui en bénéficient.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 26 septembre 2022

Journal du26 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?