AccueilEconomieTourisme : le groupe aixois Mona Lisa poursuit son développement

Tourisme : le groupe aixois Mona Lisa poursuit son développement

Spécialisé dans les résidences de tourisme et hôtels, le groupe Mona Lisa entend avoir une phase de croissance de deux établissements par an.
Tourisme : le groupe aixois Mona Lisa poursuit son développement
Guillaume Brun - Le groupe Mona Lisa gère 26 établissements en France, dont de nombreux dans les Alpes du Sud.

Economie Publié le ,

« Baisser les bras » ne fait pas partie du vocabulaire de Pierre Bréchard. Malgré la crise et la baisse de la fréquentation de ses établissements, le président de Mona Lisa, groupe aixois spécialisé dans le tourisme, continue d'afficher de belles ambitions. « 2020 reste une phase de croissance pour nous », confirme-t-il. « Je ne suis pas inquiet parce que l'été a été relativement bon.​ Bien entendu, on se projette sur une saison d'hiver qui sera complexe, mais on rationnalise nos coûts. Et nous allons nous organiser pour voir comment exploiter nos résidences de tourisme », détaille celui qui est arrivé en 2006 comme directeur régional des hôtels Sud-Est et a ensuite gravi les échelons, pour devenir directeur opérationnel, puis directeur général et, en 2012, président. Par ailleurs, même si avec le confinement une partie de ses hôtels a dû être fermée, cela n'a pas un impact important sur le chiffre d'affaires en cette période de l'année.

Et pour 2021, les perspectives sont tout aussi optimistes puisqu'il prévoit un « développement net positif de deux établissements par an. C'est-à-dire en acquérir trois et en revendre un ».

Vingt-six établissements

Le groupe, qui gère 26 établissements en France pour un chiffre d'affaires de plus de 22 millions d'euros via ses deux marques Mona Lisa et Garrigae by Mona Lisa, va continuer à se développer sur trois axes : l'hôtellerie haut de gamme, l'hôtellerie classique ainsi que les résidences de tourisme.

« Avec Garrigae, nous sommes sur des établissements atypiques, dans des lieux qui sortent de l'ordinaire : un manoir, une ancienne distillerie, etc. », explique Pierre Bréchard. Il s'agit d'hôtels de 3 à 4 étoiles qui proposent des prestations haut de gamme. Des acquisitions ont été réalisées ces derniers temps comme à Strasbourg. Et des investissements sont en cours, afin de rénover certains sites, à l'image de celui de l'Estérel, dans le Var, où un million d'euros de travaux est prévu pour la montée en gamme des 95 chambres et du spa.

Avec Mona Lisa, le groupe est « sur un marché d'hôtels urbains et périurbains », détaille Pierre Bréchard. Sous cette marque, un hôtel de 58 chambres devrait voir le jour à Saclay (Essonne) mais en raison des confinements, les travaux ont pris du retard. Sous Mona Lisa, le groupe propose également des résidences de tourisme, principalement dans les Alpes. Sur cette branche d'activité, des acquisitions sont aussi prévues.

Nouvelle identité

Au-delà de cette montée en gamme et de l'acquisition de nouveaux établissements, Pierre Bréchard et son équipe travaillent sur une nouvelle communication du groupe. Elle passera par un changement de nom et de logo. Elle est également accompagnée d'une montée des compétences des salariés. Plus de 140 , sur les 220 que compte le groupe, seront formés à « l'excellence de l'accueil ».

Le groupe entend aussi travailler sur son empreinte environnementale, avec des bâtiments plus vertueux. Cette nouvelle stratégie sera présentée au printemps.

Historique

Mona Lisa a été créée en mai 2010 par les actionnaires Frédéric Morin et Pierre Gatignol afin de racheter les établissements précédemment exploités par la société MLHR (Mona Lisa Hôtels et Résidences).

Mona Lisa a acheté la Compagnie générale touristique en 2011, puis la marque Garrigae en 2013. Est alors créé le groupe SEML qui deviendra groupe Mona Lisa trois ans plus tard, en décembre 2016. Depuis cette date, le groupe est « engagé dans une stratégie d'investissements ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?