AccueilEconomieThecamp : l'avenir passera par Kevin Polizzi

Thecamp : l'avenir passera par Kevin Polizzi

Le projet de reprise de thecamp porté par Kevin Polizzi, le fondateur de Jaguar Network, a été choisi par les créanciers du « campus du futur » pour des négociations exclusives. Les détails de son projet seront présentés dans les prochaines semaines.
Thecamp : l'avenir passera par Kevin Polizzi
D.R. - L’ovni thecamp n’a pas trouvé son envol à Aix-en-Provence.

Economie Publié le ,

C’est par un rapide post sur ses réseaux sociaux, publié le 23 avril que Kevin Polizzi a annoncé la nouvelle. Son projet de reprise de thecamp a été choisi par les créanciers pour des négociations exclusives qui vont durer 45 jours, à compter du 12 avril. L’entrepreneur marseillais était notamment en lice avec celui porté par Ashargin Poiré et le spécialiste des jeux vidéo Stéphane Tangui. Ils entendaient faire du site conçu par l’architecte Corinne Vezzoni un campus dédié à la production de vidéos avec des technologies de réalité augmentée. Le groupe américain IMD, le numéro trois mondial de la formation des cadres avaient également des vues sur le campus aixois.

Thecamp mise sur sa recapitalisation pour écrire un nouveau chapitre

Mais les créanciers ont choisi un entrepreneur à succès et du territoire pour poursuivre les échanges et rentrer plus dans le détail du projet de reprise. Pour l’instant, Kevin Polizzi n’a pas dévoilé publiquement les détails de son projet. Ce dernier entend les affiner, avant de les présenter « d’ici les prochaines semaines ». De quelle façon arrivera-t-il à refaire vivre ce symbole du territoire ? Et quels seront les conséquences sur Theodora, l’autre projet phare de Kevin Polizzi pour la métropole ?

Depuis son ouverture en 2017 thecamp avait organisé plus de 1 500 évènements sans jamais vraiment trouver son modèle économique. Il avait été mis en sommeil pendant la Covid-19. En aout 2021, Olivier Mathiot expliquait les détails d’un plan de relance de l’activité. Malgré tous ces efforts « le campus de l’innovation positive » affichait 50 millions d’euros de dette. Le campus avait du mal à survivre au décès de Frédéric Chevallier, son inventeur.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?