Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

« Symbiose », l'exposition photo qui pique les consciences

le - - Oxygène

« Symbiose », l'exposition photo qui pique les consciences
H. Charrier - L'exposition est à découvrir jusqu'au 9 novembre à Marseille à la mairie du 1er et 7e.

L'exposition photo « Symbiose » est à découvrir à la mairie du 1er et 7e arrondissement de Marseille jusqu'au 9 novembre. Hugues Charrier y présente son travail sur l'apiculture, en collaboration avec le Fonds épicurien Provence.

Au premier regard, il s'agit d'une exposition photographique sur les abeilles. Mais « Symbiose », qui est présentée jusqu'au 9 novembre à la mairie des 1et et 7e arrondissement de Marseille dans le cadre du « Mois de l'écologie positive », est bien plus que cela. Hugues Charrier voulait surtout montrer « la relation de dépendance entre l'homme et la nature ». Récemment lauréat du concours photo de la revue National Geographic, le photographe est surtout connu du monde économique pour être le directeur régional Sud Est du groupe SMA, un des leaders de l'assurance construction.

« C'est au cours de mes errances sur les terres de Provence que je me fais accepter par le monde passionnant et mystérieux des abeilles. Cet univers où l'Homme et l'insecte voient leur destin uni pour dépendre immanquablement et biologiquement l'un de l'autre, tant la fragilité de notre planète n'a jamais été aussi alarmante », témoigne Hugues Charrier.

Fragilité de notre environnement

Le directeur a aussi un beau coup d'œil et se présente comme « un photographe de rue ». Avec « Symbiose », il emmène l'amateur d'images au pied de la Sainte-Baume, à l'Observatoire français d'apidologie (OFA) qui travaille à la sauvegarde des abeilles. Une thématique qui intéresse le Fonds Epicurien. Il a soutenu, en Provence, plus de 60 projets sur le thème de l'alimentation durable et de la défense des abeilles. C'est pour cette raison que l'exposition a été réalisée avec l'aide de Thomas de Williencourt, fondateur du Fonds épicurien Provence. « Présenter cette exposition, c'est nous rappeler la fragilité de notre planète et la nécessité de s'engager pour la protéger », explique-t-il.

Une complémentarité vitale qui est à appréhender, ici, en noir et blanc. Une exposition pour dépasser l'esthétisme et prendre conscience de la fragilité de notre environnement.




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer