Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Suez avance à plein gaz dans la transition énergétique

le - - Economie

Suez avance à plein gaz dans la transition énergétique
Stéphane Lavoué - L'usine de traitement des boues d'épuration est implantée dans la calanque de Sormiou depuis 1987.

L'usine des boues de Sormiou à Marseille va abriter dans quelques mois la plus grande usine de production et d'injection de biométhane de France. Via sa filiale Seramm, Suez en a lancé officiellement la construction le 8 mars. Un investissement de 9,2 millions d'euros porté par l'entreprise, la métropole Aix-Marseille Provence, l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse, l'Ademe et la région Sud Paca, afin de produire, dès le 1er janvier 2019, l'équivalent de la consommation de 2 500 foyers.

Pas de pose de la première pierre à proprement parler, mais la coupure d'un ruban vert et un arrosoir pour alimenter en eau un olivier planté dans l'enceinte de l'usine des boues de Sormiou : c'est de cette manière inhabituelle qu'a été symboliquement lancée, le 8 mars à Marseille, la construction d'une unité de production de biométhane. Une entorse à l'usage que justifie le caractère environnemental du projet. Car en la matière, Suez, via sa filiale Seramm (Service d'assainissement Marseille Métropole), joue la « carte verte ». « Nous avons déjà réalisé ce type de projet à Annecy ou Strasbourg, mais pas à une telle ampleur, explique Hervé Madiec, directeur régional Suez Eau Paca. Nous voulons faire rentrer ces installations dans une autre dimension afin que ces sites deviennent des sites de ressource et qu'on s'inscrive dans l'économie circulaire. »

Le groupe investit ainsi dans la reconfiguration de l'usine de traitement des boues, implantée dans la calanque de Sormiou, à deux pas du Parc national des Calanques, afin d'y réaliser le projet de production de biométhane le plus important de France. Dès le 1er janvier 2019, le biogaz, issu du processus de digestion des boues, sera récupéré, transformé en biométhane et injecté dans le réseau de GRDF. Dans son fonctionnement initial, la future usine alimentera le réseau public de gaz naturel à hauteur de 2,3 millions de Nm3* par an, soit l'équivalent de la consommation de 2 500 foyers. Mais l'installation est dimensionnée pour une extension future à 3,8 millions de Nm3 par an, ce qui en fera la plus importante de l'Hexagone. Elle pourra alors également alimenter en GNV (Gaz naturel pour véhicules) à l'année environ 150 bus de la RTM (Régie des transports métropolitains).

La métropole, maître d'ouvrage

Une nouvelle unité de biométhane qui présente plusieurs bénéfices environnementaux. Elle augmentera de 35 % la part du biogaz valorisable. Quant aux émissions de CO2, elles vont diminuer de 30 %.

« Nous serons plus vertueux sur le cycle thermique du chauffage des digesteurs**. Nous allons également effectuer des travaux de maçonnerie intérieure et faire une unité qui va nettoyer le gaz à l'aide de fibres qui ne laisseront passer que le gaz. Une fois le gaz propre, il sera envoyé à GRDF pour l'injecter dans son réseau, tandis que les résidus seront réinjectés dans les digesteurs », détaille Hervé Madiec.

Cet ambitieux projet d'économie circulaire à la triple dimension - « l'eau, les déchets et l'énergie », comme le résume la conseillère régionale et métropolitaine Béatrice Aliphat - s'inscrit pleinement dans les objectifs de la Loi pour la transition énergétique et la croissance verte (LTECV) qui fixe à 10 % la consommation de gaz renouvelable en 2030. Et c'est à ce titre que Suez, délégataire de la gestion du système d'assainissement de l'agglomération de Marseille et de quatre communes***, a séduit la métropole Aix-Marseille Provence (AMP), maître d'ouvrage et premier financeur du projet, ainsi que l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse, l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) et la région Sud Paca, les autres partenaires financiers. « Le Plan Climat, document que nous voterons en décembre, porte des ambitions communes, rappelle Alexandre Gallese, élu au bureau de la métropole où il est en charge de la stratégie environnementale, du Plan Climat et de la prévention des risques. Ces objectifs affichés doivent se mettre en flèche avec des actions concrètes. Et ici, c'est un exemple concret d'une action commune. Suez a des intérêts économiques propres, mais cela s'inscrit aussi dans l'intérêt général : c'est du gagnant-gagnant. »

Pas de surcoût pour l'usager

Or, l'enjeu est de taille. « La consommation d'énergie de la métropole s'élève à 8 Mds€/an et nous n'en produisons que 7 %. Nous gaspillons de l'énergie qui va devenir de plus en plus cher. Il faut donc réduire notre consommation et produire de l'énergie propre », souligne celui qui est aussi adjoint au maire d'Aix.

« Nous démontrons aujourd'hui que, dans certaines compétences, la métropole a un sens », insiste pour sa part le maire de Gémenos Roland Giberti, vice-président d'AMP délégué à l'eau et à l'assainissement, qui rappelle que la station Géolide traite 200 000 m3 d'eaux usées par jour et l'usine de Sormiou 40 000 tonnes de boues par an. « Notre principal souci, ce sont les boues. Notre prochaine mission, c'est d'en améliorer le traitement. Cela permettra d'améliorer l'eau de baignade, la qualité des cours d'eau, notamment l'Huveaune, et la qualité de l'assainissement », poursuit-il.

Innovant sur le plan environnemental, le projet l'est aussi dans son financement. « Les usagers ne vont pas voir leur facture augmenter. Nous serons rémunérés avec la vente de ce gaz », s'engage Hervé Madiec. « Un retour sur investissement », dixit Béatrice Aliphat, qui avoisinera les 1,7 M€ par an quand l'installation aura atteint sa pleine capacité de production.

* Le normo mètre cube est une unité de mesure de quantité de gaz qui correspond au contenu d'un volume de mètre cube, pour un gaz se trouvant dans des conditions normales de température et de pression.
** Un digesteur désigne une cuve qui produit du biogaz grâce à un procédé de méthanisation des matières organiques.
*** Allauch, Carnoux-en-Provence, Septèmes-les-Vallons et la zone industrielle de Gémenos.




Serge Payrau
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer