AccueilEconomieSophie Lauret, co-fondatrice de Comme Avant : « La crise nous a impactés mais pas stoppés net ! »

Sophie Lauret, co-fondatrice de Comme Avant : « La crise nous a impactés mais pas stoppés net ! »

Comme Avant s'est récemment installée dans de nouveaux locaux aux Pennes-Mirabeau. Sophie Lauret, co-fondatrice avec son mari Nil Parra de cette marque de cosmétiques solides, fait le point sur les objectifs de l'entreprise qui compte notamment poursuivre sa stratégie de développement en propre.
Sophie Lauret, co-fondatrice de Comme Avant : « La crise nous a impactés mais pas stoppés net ! »
D.R. - Sophie Lauret revient sur le développement de sa marque et espère à terme rééquilibrer les ventes eshop/points de vente à part égale.

Economie Publié le ,

Les Nouvelles Publications : Pourquoi avoir déménagé vos bureaux de Marseille aux Pennes-Mirabeau ?
Sophie Lauret :
Nous avons toujours notre boutique au Panier mais nos locaux de 600 m2 devenaient trop exigus pour notre quarantaine de salariés sur site [50 au total, NDLR]. Cela posait également des problèmes au niveau du stockage, de la livraison fournisseur, de l'espace restauration, qui en raison des règles sanitaires, n'était plus du tout conforme.
Nous y pensions depuis deux ans, mais la crise sanitaire a accéléré cette évolution. Nous avons donc approché trois municipalités, Aix-en-Provence, Simiane-Collongue et Les Pennes-Mirabeau, pour trouver un nouveau local. Cette dernière a été la plus réactive. Nous sommes installés depuis quelques semaines dans des locaux de 1 200 m2 que nous louons, mais à terme, nous souhaitons construire nos locaux.


Lire aussi : Se laver « Comme avant »


Qu'est-ce que cela changera pour vous d'être propriétaire de vos murs ?
Nous pourrons imaginer un site durable, en accord avec la philosophie de notre marque. Ce sera également sur la commune des Pennes, où nos salariés apprécient leurs nouvelles conditions de travail, avec une vraie qualité de vie.

Où en êtes-vous de votre développement ?
Nous avons désormais quatre boutiques en France : à Marseille, Paris, Toulouse et aux Pennes-Mirabeau. Nous allons en ouvrir une autre à Lyon d'ici l'été. Le développement en propre fait partie de nos axes forts de développement. D'ici cinq ans, nous envisageons d'être présents à Lille, Bordeaux, Nantes et Strasbourg. Nous sommes passés de 200 points de vente en 2018 à un millier aujourd'hui, dont 200 grâce à notre implantation chez Naturalia et La Vie Claire.

Quel a été l'impact de la crise sanitaire sur votre chiffre d'affaires ?
La crise nous a impactés mais ne nous a pas stoppés net ! Malgré la fermeture de nos points de vente physiques pendant trois à quatre mois, nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 6,1 M€ en 2020, pour un prévisionnel compris entre 6 et 8 M€. Notre eshop nous a permis de limiter les pertes puisqu'il a représenté 80 % de notre chiffre en 2020. Nous nous en sortons plutôt bien et continuons notre constante évolution, puisqu'en 2018 notre chiffre d'affaires s'élevait à 1,4 M€ et à 5 M€ en 2019.

Avez-vous dû ajourner des projets en raison de la crise ?
Nous devions lancer une crème solaire : ce sera finalement chose faite cette année. En 2020, nous avons réussi à nous installer à Toulouse et au Marais, à Paris. Cependant le trafic clientèle n'est toujours pas au rendez-vous, compte tenu de la situation.
Nous diversifions notre production, puisque nous avons créé des produits textiles et une gamme maison plus importante. Nous avons également lancé deux nouveaux produits.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?