Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Sing a song : des bijoux pour s'accorder

le - - Economie

Sing a song : des bijoux pour s'accorder
Ingrid Allouche crée des bracelets en corde de guitare

Ingrid Allouche, la fille de la fondatrice de la bijouterie Yos, a lancé sa marque de bijoux. Rencontre avec une créatrice très attendue au tournant...

Il faut bien avouer qu'après avoir passé près de 20 ans à être acheteuse dans les deux boutiques maternelles, le changement de cap d'Ingrid Allouche n'a rien d'étonnant. Pour autant, même si l'idée l'a toujours plus ou moins habitée :

« Il n'était pas question que je me lance sans avoir LA bonne idée. Je voyais trop de marques de jeunes créateurs me passer sous les yeux. Je ne voulais surtout pas entrer dans cet univers avec une marque sans forte identité. »

En choisissant la corde de guitare pour réaliser ses bracelets, Ingrid frappe donc les esprits avec Sing a song, car jamais personne avant elle n'avait pensé à détourner cette matière. Fin janvier, l'accueil au salon professionnel Bijorhca a été excellent. Ingrid va doubler ses points de vente, passant à une soixantaine, mais surtout, revient de Paris rassurée, tant les commentaires ont été flatteurs.

Univers rock & chic

Ingrid Allouche crée pour toute la famille.

« Je veux que mes bijoux soient adoptés indifféremment par un homme ou une femme. Je les décline aussi pour les enfants. Ce sont des bracelets que l'on porte en permanence, comme des gris-gris. Si mon univers général se veut rock, je voulais aussi qu'il soit chic, surtout trash. »

Gonflée à bloc par le volume de ses récentes commandes, Ingrid nous confie qu'elle vise les 200 points de vente d'ici un an et souhaite s'ouvrir à d'autres adresses que les bijouteries fantaisie haut de gamme.

« Je suis en train de voir de quelle façon je peux entrer dans les magasins de musique. C'est évident que mon bracelet plaît aux musiciens. J'utilise une vraie corde de guitare, que je façonne, soude et customise à la main. Ça leur parle directement ! »

Après un an d'existence, Sing a song est en train de franchir une étape importante de son développement. La prochaine ? Sans doute monter en gamme d'ici la fin de l'année. Si la marque est à l'équilibre, Ingrid avoue réinvestir l'intégralité de ses bénéfices et ne se dégager aucun salaire. « J'espère pouvoir prendre bientôt une attachée de presse, voire une aide régulière à la fabrication, deux points essentiels à mon développement. » Il faut bien dire qu'en ayant passé autant d'années de l'autre côté du miroir, elle sait ce qui reste important aux yeux des acheteurs, comme de ses clients.

Son expérience Yos fait donc aussi sa force. Sing a song continue avec régularité son ascension, s'affichant déjà aux poignets de célébrités et de musiciens célèbres. Sa plus grande fierté ? Voir ses bracelets portés par Lenny Kravitz et Jimmy Page. Quant à sa mère, qui pensait la succession des deux boutiques assurées, la voilà partagée entre la joie de voir sa fille se jeter dans le grand bain, avec succès, et la déception de devoir repenser à sa propre suite...

Pour aller plus loin : 




Esther Griffe
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer