Fermer la publicité

Interview Samuel Dewitte (Hopps Group) : « Je vais présenter Job Hopps à l'Assemblée »

le - - Economie

Samuel Dewitte (Hopps Group) : « Je vais présenter Job Hopps à l'Assemblée »
D.R. - Samuel Dewitte est le directeur des ressources humaines d'Hopps Group.

Rencontre avec Samuel Dewitte, directeur des ressources humaines (DRH) de l'Aixois Hopps Group, qui a eu l'idée de créer une application, Job Hopps, permettant aux travailleurs à temps partiel de trouver un second poste, avec la particularité d'offrir une recherche géolocalisée.

Les Nouvelles Publications. Comment est née l'idée de cette application ?
Samuel Dewitte.
C'est en discutant avec Lazhar, un de ceux que l'on appelle les « invisibles », ceux qui viennent nettoyer nos bureaux le soir, que j'ai compris qu'il fallait améliorer leur situation. Nous avons 18 500 distributeurs d'imprimés, de courrier et de colis, via notamment Adrexo et Colis privé, des distributeurs qui travaillent entre 6 et 12 heures par semaine. Mon idée a donc été de proposer à ces salariés précaires un CDI à temps partiel et de le mutualiser avec un deuxième contrat, pour ainsi augmenter leur nombre d'heures salariées. Avant la mise en place de notre application, nous perdions chaque mois près d'un millier de distributeurs. En parlant avec les salariés, j'ai aussi compris qu'il fallait que le deuxième emploi soit proche de leur domicile. D'où la géocalisation offerte par Job Hopps.


Lire aussi : Hopps Group veut que la métropole devienne la vitrine de la mode


Est-ce une application ouverte à tous ?
Bien sûr ! Nous avons travaillé au départ avec les entreprises du groupe, comme Onet ou Autogrill, mais aujourd'hui, on en compte une petite dizaine ! De la même façon, tous les salariés à temps partiel sont concernés, comme celles et ceux qui ne sont pas en recherche mais qui peuvent faire connaître des offres aux personnes en demande. A ce titre, il existe une fonction qui permet d'envoyer une offre par SMS à quelqu'un qui n'aurait pas téléchargé l'application.

Justement, quels sont vos chiffres à l'été 2018 ?
Nous avons un vivier de 7 000 offres. L'application a été téléchargée 8 000 fois et nous avons 6 500 candidats. Nous sommes ravis de voir que nous avons un bon écho. Et ce n'est que le début ! Courant septembre, je vais aller présenter cette idée à l'Assemblée. Cela dépasse sans doute le cadre initial, mais la vocation de cette application n'est-elle pas de sécuriser les travailleurs précaires et d'éviter le turnover à leurs employeurs ?

Retrouvez l'interview complète de Samuel Dewitte dans le N°10 014 des Nouvelles Publications. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnements (à partir de 55€/an).​



Alexandra Zilbermann
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer