Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Retombées provençales pour la révision de Tricastin

le - - Economie

Retombées provençales pour la révision de Tricastin
Crespeau / EDF - Les entreprises des Bouches-du-Rhône sont concernées par ces retombées.

Un montant de 3,2 milliards d'euros va être investi entre 2018 et 2028 sur la centrale nucléaire de Tricastin (Drôme) dans le cadre du programme « Grand Carénage » d'EDF. Les PME locales devraient bénéficier de 80 millions d'euros de travaux par an.

Les centrales nucléaires françaises sont soumises à un réexamen périodique tous les dix ans. La centrale de Tricastin d'EDF dont les quatre réacteurs 900 MW ont été mis en service en 1980 et 1981 va connaître sa quatrième visite décennale en 2019. Afin d'assurer la pérennité de son exploitation au-delà de ses 40 ans et d'élever son niveau de sûreté, en particulier pour s'adapter aux exigences post-Fukushima et de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), elle s'engage dans un programme d'investissement de 3,2 milliards d'euros sur dix ans, inscrit au projet « Grand Carénage » d'EDF.

« Des travaux ont déjà été engagés [127 millions d'euros en 2017, NDLR], à l'image des Diesel Ultime Secours, mais le projet va principalement s'étaler entre 2018 et 2028, explique le directeur Cédrick Hausseguy. Ils vont rapprocher le site des meilleurs standards de sûreté et visent, entre autres, à renforcer sa capacité de résistance à un séisme et à le prémunir contre tout risque d'inondation des matériels. Le réacteur n°1 de la centrale sera le premier à déployer ce programme jusqu'en 2023 ». Employant 1 412 salariés EDF et 600 autres permanents d'entreprises prestataires, la centrale de Tricastin a produit 19,23 TWh en 2017, soit 5% de la production nucléaire française d'EDF. Durant les trois mois de la visite décennale, environ 3 000 personnes supplémentaires devraient intervenir.

Sûreté confortée

« Il y a une multitude d'équipements à vérifier pour s'assurer de leur capacité à fonctionner pour plus de dix ans supplémentaires », précise Antoine Vassallo, directeur de la DIPDE (Division de l'Ingénierie du Parc nucléaire, de la Déconstruction et de l'Environnement) à Marseille, le centre d'ingénierie du nucléaire d'EDF. Le deuxième réacteur sera concerné en 2021, le troisième en 2022 et le quatrième en 2024. Sur ce chantier, EDF prévoit de réserver en moyenne 80 millions d'euros par an de marchés aux entreprises de cinq départements du pourtour de la centrale, Bouches-du-Rhône, Drôme, Ardèche, Vaucluse et Gard. Pour André Abad, directeur délégué technique, le nucléaire, par rapport à d'autres secteurs industriels, a la particularité d'élever, lors de chaque visite, le niveau de sûreté. « La centrale n'est pas la même que celle qui a été construite en 1980, dit-il. On peut potentiellement tout remplacer sauf la cuve et l'enceinte de confinement. » A l'issue des travaux, l'ASN se prononcera sur la poursuite d'exploitation.




J.-C. Barla
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer