AccueilDroit et ChiffreRenaud Pinatel : "Je souhaite accompagner les jeunes notaires dans leur installation"

interview Renaud Pinatel : "Je souhaite accompagner les jeunes notaires dans leur installation"

Nous avons rencontré maître Renaud Pinatel, le nouveau président de la chambre des notaires des Bouches-du-Rhône, élu le 22 mai dernier. Il revient sur son parcours professionnel et évoque avec nous les ambitions de sa mandature, centrées autour des notaires nouvellement installés.
Renaud Pinatel :
R. Poulain - Renaud Pinatel est le nouveau président de la chambre des notaires des Bouches-du-Rhône.

Droit et Chiffre Publié le ,

Les Nouvelles Publications : Quels sont les objectifs de votre mandature ?
Renaud Pinatel : Ils sont à la fois banals et ambitieux, puisque je souhaite avant toute chose accompagner les jeunes notaires dans leur installation. Vous n'êtes pas sans savoir que la loi Macron et son attribution de charge, par tirage au sort, a boosté le nombre des arrivants dans la profession. Nous avons eu au national, comme dans le département, une augmentation de 30 % de nouveaux confrères, à parité égale, ce qui est assez récent chez nous. En France, en deux ans, nous aurons eu près de 2.000 installations. Il faut donc les aider car nous ne sommes pas formés à devenir chef d'entreprise.

C'est-à-dire ?
Quand on décide de s'installer seul, il faut avoir de solides notions en comptabilité, en gestion, en secrétariat. Au démarrage de leur activité, ces jeunes confrères doivent tout savoir faire. Je veux donc que la chambre des notaires soit là au quotidien pour les épauler et leur faire bénéficier des connaissances et du réseau des plus anciens.

La profession se féminise-t-elle toujours dans le département ?
Tout à fait, à l'image du territoire national, mais nous constatons que souvent, elles choisissent d'être notaires salariées, ce qui leur permet de dégager du temps pour celles qui ont envie de se consacrer aussi à leur famille. Désormais, nous avons dans la profession trois types de notaires, le notaire-créateur, le notaire-Macron, même si je n'aime pas du tout ce terme et que je veux enlever cette étiquette et le notaire-salarié.

C'est un peu péjoratif l'expression « notaire-Macron » non ?
Oui, c'est pour ça que je souhaite harmoniser les relations entre nous tous. Cela étant, le président Macron a bousculé la profession en permettant à des diplômés de s'installer, par simple tirage au sort, alors qu'auparavant c'était la Chancellerie, un service du ministère de la Justice, qui régulait la profession et instruisait les dossiers de nominations des futurs notaires.

L'interview complète de Renaud Pinatel est à lire dans le numéro 10 058 des Nouvelles Publications (parution le 28/06/2019). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 55€/an).
Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?