AccueilEconomieRafle du Vél'd'Hiv : Mathilde Gauthier, une héroïne très discrète enfin honorée

Rafle du Vél'd'Hiv : Mathilde Gauthier, une héroïne très discrète enfin honorée

Grâce au travail du cabinet de généalogie successorale aixois Guenifey, deux frères désormais octogénaires ont pu retrouver les descendants d’une voisine héroïque, Mathilde Gauthier, qui leur a sauvé la vie en 1942, lors de la rafle du Vél' d’Hiv.
Daniel Herszbaum, son frère René et sa mère Yvonne.
D. R. - Daniel Herszbaum, son frère René et sa mère Yvonne.

Economie Publié le ,

« Chaque dossier que nous traitons raconte une histoire de famille différente, avec souvent son lot de secrets et de découvertes pour les personnes concernées » explique volontiers Julien Llorca, le dirigeant de l’étude de généalogie successorale aixois Guenifey. Si l’essentiel des demandes concerne des recherches d’ayant droit dans le cadre de succession ou de propriétaires de biens en déshérence, certaines sont plus inhabituelles.

A l’image de la recherche menée bénévolement par l’entreprise pour retrouver celle qui a permis à deux frères, René et Daniel Herszbaum d’échapper à la police de Vichy lors de la rafle parisienne du Vél' d’Hiv, en juillet 1942. Ils ont alors sept et deux ans et doivent la vie sauve à une voisine de leurs parents, Mathilde Gauthier, qui accepte de les cacher à son domicile, avec leur mère, pendant qautre jours. Les deux enfants sont ensuite exfiltrés vers la Sarthe et sauvés grâce à la chaîne de solidarité qui se met en œuvre. Leur mère, Yvonne, n’aura pas cette chance : arrêtée deux ans plus tard, elle est envoyée vers les camps de la mort dont elle ne reviendra pas.

La lettre d’Yvonne Herszbaum à Mme Gauthier. (Crédit : D.R.)

Un juste devoir de mémoire

En 2020, la cousine de René et Daniel Herszbaum tente de retrouver la trace de Mathilde Gauthier par ses propres moyens. Avant de se tourner vers Guenifey. « La directrice de thèse d’un de nos collaborateurs, Romain Dupré, un historien dont les travaux portent l'antisémitisme dans la France contemporaine, l’a mise en relation avec nous. Romain a retrouvé en trois mois la trace de cette voisine et identifié ses descendants », se félicite Julien Llorca. Comme il l’explique, « nous sommes heureux et fiers d’avoir pu permettre à la famille de Daniel et René Herszbaum de rendre hommage à Mathilde Gauthier. C’est une façon de contribuer, à notre mesure, au devoir de mémoire ».

Le dernier acte de ce travail de reconnaissance s’est joué en fin d’année dernière, à la mairie du 7e arrondissement de Paris, là où tout a commencé, avec la remise à titre posthume du titre de "Juste parmi les Nations" à Mathilde Gauthier, par le Comité français pour Yad Vashem, en présence d’une classe de collégiens.

Etude Guenifey : acteur de la mémoire

Fondé en 2001, Guenifey s’est hissé en 20 ans sur le podium des trois plus importants cabinets français de généalogie successorale. L’entreprise, dont le siège social est à Aix-en-Provence, emploie 150 collaborateurs (chercheurs, juristes, historiens, diplômés notaires...) répartis en France et à l’étranger via 18 antennes. Cette croissance, qui résulte d’une part du rachat de concurrents et d’autre part du renforcement des effectifs, au fil des années, vise à obtenir un maillage du territoire national dense.

« Nos missions principales sont la recherche d’héritiers potentiels suite à un décès, la représentation des héritiers retrouvés dans le cadre du règlement de la succession afin de préserver au mieux leurs intérêts... pour une clientèle de notaires, d’acteurs de l’immobilier et du secteur bancaire ou de communes, principalement dans le cas d’actifs en déshérence. Tout cela implique des enquêtes de terrain et d’être au plus près de nos mandants », explique Julien Llorca, dirigeant de Guenifey.

L’étude s’est également dotée d’un service international, dont le but est de coordonner le travail de l’ensemble des correspondants de l’entreprise à travers le monde. Elle est également implantée en Tunisie où elle dispose d’une succursale : « Nous sommes présents partout où la France l’a été », résume Julien Llorca.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 février 2023

Journal du03 février 2023

Journal du 27 janvier 2023

Journal du27 janvier 2023

Journal du 20 janvier 2023

Journal du20 janvier 2023

Journal du 13 janvier 2023

Journal du13 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?