AccueilDroit et ChiffreRachel Akacha à la tête de l’UJA Marseille

CARNET Rachel Akacha à la tête de l’UJA Marseille

Rachel Akacha est la nouvelle présidente de l’Union des jeunes avocats de Marseille (UJA Marseille). Elue lors de l’assemblée générale qui s’est tenue le 13 juillet à la Maison de l’avocat, elle succède à Thomas Tribot.
Rachel Akacha à la tête de l’UJA Marseille
S. Payrau - La nouvelle présidente Rachel Akacha (5e en partant de la droite) entourée par les membres du nouveau bureau de l’UJA Marseille.

Droit et Chiffre Publié le ,

« J’adore mes confrères et ce barreau convivial, qui m’a donné envie de m’impliquer sur le plan local et plus généralement pour la profession » : c’est avec ces mots que Rachel Akacha a présenté sa candidature à la présidence de l’Union des jeunes avocats de Marseille (UJA Marseille). Elue lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée le 13 juillet en soirée à la Maison de l’avocat, elle a succédé à Thomas Tribot dont elle était la vice-présidente.

Originaire de Sainte-Maxime dans le Var, la jeune femme est « un pur produit du droit public ». Elle a prêté serment dans la cité phocéenne en 2017 et évolue depuis dans les domaines du droit de l’immobilier et du droit de la construction en tant que collaboratrice au sein du cabinet Plantavin-Reina. Engagée à l’UJA Marseille car c’est « un syndicat apolitique, tourné vers les jeunes », elle a inscrit son mandat dans la continuité de celui de son prédécesseur. « Thomas a fait un travail formidable. Sous sa présidence, ça a été compliqué, il n’a pas eu l’année qu’il voulait. Et cela ne l’a pas empêché de tout donner », résume-t-elle, en saluant notamment le travail effectué en matière de formations. « On a fait des formations tous les trimestres sur des thèmes d’actualité qui touchent les jeunes et les moins jeunes. Le bureau actuel a plein d’idées à ce niveau-là et on va continuer à axer notre investissement sur la question des formations », poursuit-elle.  

La nouvelle présidente a également la volonté « de recréer ce lien social qu’on a perdu ». « On l’a vu lors de notre dernière soirée d’été où on a fait un carton plein, les gens sont en demande de cette convivialité », observe-t-elle. Et face aux réformes qui se préparent, « l’UJA sera là », prévient d’ores et déjà Rachel Akacha. Avant de promettre qu’avec elle, « l’investissement sera toujours à fond ».

L’UJA initie le débat sur la collaboration

Cette assemblée générale était aussi l’occasion pour Thomas Tribot de revenir sur son année de présidence marquée par les confinements successifs. « On a été fauchés, comme un tacle par derrière, par la Covid-19 », regrette le président sortant. Pour autant, le syndicat a su se montrer actif comme en témoigne sa saisine du barreau sur la question de la collaboration. En effet, voilà bientôt dix ans que les rétrocessions d’honoraires versées aux jeunes collaborateurs n’ont plus été revalorisées à Marseille alors que lors des deux premières années d’exercice, « les nouveaux avocats collaborateurs ne disposent généralement que de leur rétrocession comme revenu ». Estimant que « ces montant ne sont désormais plus en adéquation » ni avec le niveau d’études des avocats collaborateurs, ni avec les charges qu’ils supportent dans le cadre de leurs deux premières années d’exercice, ni avec le volume de dossiers confié par les cabinets qui les accueillent, l’UJA Marseille a donc souhaité initier « une réflexion commune » sur la revalorisation de ces rétrocessions d’honoraires. Une démarche qui a trouvé un écho favorable auprès du bâtonnier Jean-Raphaël Fernandez puisque la commission collaboration du barreau de Marseille va s’emparer du sujet.  

Cette année particulière, marquée par la tenue à Marseille du congrès de la Fédération nationale des unions des jeunes avocats (FNUJA) l’été dernier, a aussi permis de « retravailler la cohésion du bureau », de poursuivre le renouvellement des adhésions et l’intégration des jeunes au sein du bureau. « Le chemin s’est fait très rapidement, trop rapidement », a conclu Thomas Tribot en jetant un dernier regard sur son parcours au sein du syndicat avant de tirer sa révérence en nommant Eric Arezki, son prédécesseur, membre d’honneur de l’UJA Marseille.

Le nouveau bureau de l’UJA Marseille

Présidente : Rachel Akacha
Vice-présidente : Pauline Costantini-Rabinoit
Trésorier : Michaël Amas-Forcioli
Secrétaire : Kevin Lefebvre-Goirand
Secrétaire adjoint : Louis Dubecq
Chargées de communication : Manon Mazzoli et Noémie Filleau
Délégués à l’événementiel : Mathilde Dumoulin, Pauline Larronde-Buzaud et Gillian Garnerone
Membre de droit : Thomas Tribot

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?