AccueilEconomieQuelles sont les premières start-up à intégrer le Next Top 20 ?

Quelles sont les premières start-up à intégrer le Next Top 20 ?

Dix start-up ont été sélectionnées pour intégrer le programme Next Top 20, imaginé par le Club Top 20 et la French Tech Aix-Marseille Région Sud. Le but est de faire collaborer grandes entreprises et start-up afin de créer des champions régionaux.
Les lauréats ont été dévoilés ce 12 mai par les représentants de la French Tech, du Club Top 20, du Crédit agricole Alpes Provence et de Richardson.
D.R. - Les lauréats ont été dévoilés ce 12 mai par les représentants de la French Tech, du Club Top 20, du Crédit agricole Alpes Provence et de Richardson.

Economie Publié le ,

Le Next Top 20 peut officiellement commencer. Les dix start-up lauréates de ce programme initié pour la première fois cette année par le Club Top 20 et la French Tech Aix-Marseille Région Sud, et soutenu par le Crédit agricole Alpes Provence et Richardson en tant que partenaires sponsors, ont été dévoilées ce jeudi 12 mai. Kiro, ImCheck Therapeutics, Volta Medical, Mailinblack, Tchek, Skeepers, Ombrea, Telaua, DualSun et Nawa Technologies intégreront la première promotion. « Trois secteurs sont représentés, la santé, le numérique/data et les greentech, ce qui correspond aux points forts du territoire », note Jean-Baptiste Geissler, directeur de la French Tech Aix-Marseille Région Sud.

Banques Innov : « Nous espérons que le dossier unique de financement soit généralisé »

Sur les 33 candidatures envoyées pour intégrer ce programme régional qui vise à favoriser les relations entre grandes entreprises et start-up, 20 ont été présentées au jury composé notamment de David Layani, président de One Point, du président du Club Top 20 et de son conseil d’administration, ainsi que de représentants des deux sponsors. Pour sélectionner les finalistes, ils se sont basés sur trois critères : le montant des levées de fonds et/ou le chiffre d’affaires, le rayonnement local et enfin le potentiel. Sans oublier le pitch. A elles dix, les start-up retenues représentent 1 000 emplois et ont levé 210 millions d’euros.

Un accès au CAC 40 local

L’idée de créer ces synergies est née lors de rencontres avec le Club Top 20, qui regroupe les dirigeants des plus grandes entreprises de la métropole Aix-Marseille Provence. « En septembre 2021, lors du Grand Bain, nous avons signé une charte des bonnes pratiques. Nous avons ensuite continué d’échanger et avons imaginé ce projet », rappelle Jean-Baptiste Geissler qui avait déjà eu des demandes de la part des adhérents de la French Tech afin de collaborer davantage avec les grands groupes locaux. « Il existe des programmes nationaux mais ils sont davantage tournés vers l’administration. »

Plongée dans une industrie plus verte

Or ce besoin est devenu nécessaire car « cela peut permettre aux start-up d’accélérer leur croissance en trouvant des clients et partenaires qui pourront leur ouvrir leur réseau ou même devenir investisseur », continue le directeur général. Du côté des entreprises, elles peuvent « s’acculturer à l’innovation, trouver des prestataires sur des projets et ainsi progresser ». Le tout dans une stratégie d'open innovation, qui consiste à innover autrement qu'en s'appuyant sur son service de recherche et développement et en allant chercher des collaborations extérieures, auprès d'autres entreprises aux compétences complémentaires par exemple.

La volonté est ainsi de créer une « spirale d’innovation positive » afin de faire émerger des champions. Mais aussi en attirer de nouveaux. « C’est un argument supplémentaire pour des start-up qui voudraient s’implanter ici que de pouvoir accéder au CAC 40 local. A ma connaissance, cela n’existe pas ailleurs. »

« Pour faire d’Aix-Marseille Provence le premier pôle d’attractivité de l’espace Euromed-Afrique, notre métropole doit être perçue et vécue comme un territoire attractif pour l’implantation d’entreprises innovantes et l’accueil des meilleurs talents », ajoute également Bruno Cagnol, président du Club Top 20.

Next Top 20 : une suite en 2023

Pendant un an, chaque lauréat sera accompagné d’un mentor du Club Top 20 qui les introduira lors d’événements par exemple. Mais chaque binôme pourra évoluer différemment comme le précise Jean-Baptiste Geissler : « Il y aura sans doute des sessions spécifiques mais elles ne seront que ponctuelles. Nous avons plutôt voulu proposer quelque chose de peu formalisé pour laisser la place aux rencontres. »

Les ambitions de Julie Davico-Pahin pour la French Tech Aix-Marseille Région Sud

Si aucun objectif chiffré n’a été fixé au terme de cette année d’échanges, « il est évident que si cela permet de contribuer à l’émergence de licornes, nous seront ravis mais le but est plutôt d’aider les entreprises à passer un stade de développement supérieur. » Le nombre et la qualité des candidats ayant été au rendez-vous pour cette première année, le programme devrait être reconduit en 2023.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 septembre 2022

Journal du26 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

Journal du 02 septembre 2022

Journal du02 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?