AccueilEconomieProtéger sa marge en période d’inflation, un arbitrage délicat pour les dirigeants

Protéger sa marge en période d’inflation, un arbitrage délicat pour les dirigeants

Dans un environnement économique incertain et volatile, la nature de l’exposition à l’inflation déterminera la stratégie à adopter pour le pilotage de sa profitabilité.
Protéger sa marge en période d’inflation, un arbitrage délicat pour les dirigeants
D.R. - Dans un environnement économique incertain et volatile, mettre en place un système de réactualisation des prévisions type rolling forecast peut s’avérer être un outil redoutablement efficace pour l’entreprise.

Economie Publié le , Frédéric Moreira, manager Financial & Accounting Advisory Services, EY région Sud-Est

Une problématique généralisée

De retour en 2021, à la suite de la forte reprise économique post-Covid-19, l’inflation explose avec la guerre en Ukraine début 2022. Dans le sillage de l’envolée du coût de l’énergie et des matières premières agricoles, la quasi-totalité des biens et services subissent actuellement des tensions sur les prix, de telle sorte qu’à fin mai 2022, l’inflation en France est estimée à 5,2 % sur an (selon la dernière estimation de l’Insee, publiée le 31 mai 2022). Dans ces conditions, atteindre ses objectifs s’avère déjà délicat pour un grand nombre d’entreprises.

Déterminer son exposition

Avec une hausse continue et soutenue des prix, le premier défi pour les dirigeants sera d’identifier les postes de coûts à risque afin de déterminer son niveau et son type d’exposition à l’inflation. Par exemple, une entreprise de production de biens alimentaires qui observe actuellement une flambée de ses coûts de production peut espérer un retour à des niveaux de prix plus raisonnables à moyen terme. A contrario, une société de services dont l’exposition à l’inflation semble limitée, pourra être impactée à long terme par une tension sur les salaires. C’est donc la nature de l’exposition qui déterminera la stratégie à adopter pour le pilotage de sa profitabilité.

Adapter son rythme de prévision pour gagner en agilité

Une fois les postes de coûts sensibles identifiés, c’est la stratégie de prévision qui sera au cœur des enjeux. Compte tenu des niveaux actuels d’inflation, si le budget 2022 - généralement initié mi-2021 - est utilisé comme référence pour la prise de décision, il peut y avoir un risque sur le pilotage de l’entreprise. Dans un environnement économique incertain et volatile, mettre en place un système de réactualisation des prévisions type rolling forecast (ou révisé permanent) peut s’avérer être un outil redoutablement efficace pour l’entreprise (il s’agit d’un plan prévisionnel glissant sur une période donnée : la durée couverte par le plan reste la même, mais se fait sur des périodes glissantes sur l’année).

Renforcer le contrôle des dépenses

Bien que généralisée à l’économie mondiale, l’inflation n’est pas une fatalité et il faudra redoubler de vigilance pour éviter que certains fournisseurs profitent de la conjoncture pour augmenter leurs prix. Pour contrer ces effets d’aubaine, le rôle des équipes achats sera clé. Dans cette configuration, adapter son système et ses règles de validation des dépenses permet de réagir plus efficacement en cas de dérapage des coûts. C’est pourquoi une étroite collaboration entre la direction, les équipes finance et les équipes des achats semble primordiale pour garder sa base de coûts sous contrôle.

Ajuster son prix de vente

Une fois l’augmentation des coûts identifiée, une décision sur la stratégie prix à adopter devra être prise par la direction. En effet, avec une inflation supérieure à 5 %, la question de protection de la marge doit se poser très rapidement. Malheureusement, toutes les entreprises n’ont pas la capacité à répercuter l’inflation subie sans impacter leurs ventes. C’est ce rapport bénéfice/risque qui devra être étudié afin d’adopter la bonne stratégie d’ajustement de ses prix de vente.

Outre l’ajustement des prix, le recours à l’innovation ou à l’optimisation des coûts sont d’autres leviers à activer pour préserver sa rentabilité.

En résumé, la capacité de résilience des entreprisesen période d’inflation dépendra de leur aptitude à adopter un suivi de performance agile, de leur habilité à optimiser leurs coûts et de leur capacité à ajuster leurs prix de vente… Quitte à entretenir un peu plus l’inflation.

Frédéric Moreira, manager Financial & Accounting Advisory Services, EY région Sud-Est

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 29 juillet 2022

Journal du29 juillet 2022

Journal du 22 juillet 2022

Journal du22 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?