AccueilEconomiePour le Croec Paca, "la priorité, c'est la consommation"

Pour le Croec Paca, "la priorité, c'est la consommation"

Lionel Canesi, le président du Conseil régional Paca de l'Ordre des experts-comptables, s'est exprimé mardi 8 septembre sur les nouveautés et impacts pour les TPE-PME du plan de relance présenté par le gouvernement. Pour lui il est temps de favoriser la consommation et de renforcer les fonds propres des entreprises.
Pour le Croec Paca,
R. Poulain - Le président du Conseil régional Paca de l'Ordre des experts-comptables s'est exprimé sur le plan de relance du gouvernement.

Economie Publié le ,

Une conférence de presse pour dire haut et fort ce qu'il pense du dernier plan de relance présenté le 3 septembre par le gouvernement. Tel était entre autres le but de la dernière réunion organisée par Lionel Canesi, président du Conseil régional Paca de l'Ordre des experts-comptables (Croec Paca), le 8 septembre à midi. A la question : quelle mesure de soutien l'Etat devrait mettre en place pour les entreprises ? Lionel Canesi répond ainsi sans langue de bois : "Ca suffit ce type de mesure. L'entreprise a besoin de chiffre d'affaires, il faut remettre la machine en marche et que les salariés reviennent au travail". Pour lui, pas de doute, "la priorité c'est la consommation. Surtout si l'on veut éviter une crise économique". Et pour faire consommer les Français, ces derniers doivent avoir confiance en l'avenir. "Les polémiques sur l'utilité de porter ou non le masque dans telle ou telle zone en France et le décompte quotidien des cas positifs à la Covid-19 dans l'hexagone n'aident pas la sérénité".

Les entreprises peuvent ainsi s'appuyer sur quelques mesures - soutenues par le Croec Paca - issues de la dernière loi de finances rectificative en faveur de la consommation. Tel que le relèvement du plafond pouvant être débloqué par les travailleurs non-salariés (TNS) sur leurs contrats Madelin et plans d'épargne retraite. Ou l'exonération de droits de mutation à titre gratuit dans la limite de 100 000 euros. Concernant cette dernière mesure, il regrette cependant qu'elle s'applique sous conditions. "C'est dommage car ça limite son impact positif alors qu'il faut libérer l'économie". Après le confinement, l'épargne des Français est considérable. Mais cela ne rapporte rien, ni aux bénéficiaires ni à l'Etat. Il part ainsi du principe que "si ces sommes sont réinjectées dans l'économie, tout en étant défiscalisées, elles seront consommées".

Savoir-faire local

Concernant le plan de relance de 100 milliards d'euros annoncé par le gouvernement, il se félicite de certaines mesures tout en attendant le détail complet pour être bien certain que les PME-TPE en seront réellement bénéficiaires. A commencer par les fonds destinés au financement de la transition écologique. "C'est important de verdir l'économie", estime-t-il ainsi. Autre sujet de taille de ce plan de relance : le volet cohésion qui vise à accompagner les jeunes vers l'emploi. ll est également très en phase avec l'idée de valoriser les savoir-faire nationaux existants. "Notre responsabilité de citoyen est de consommer local et de faire preuve de patriotisme économique", lance-t-il.

Il cite également le développement du prêt participatif, "une bonne mesure mais qui n'est pas adaptée aux PME-TPE". Sa solution ? "Il faut renforcer les fonds propres des entreprises. Elles en avaient accumulés depuis quelques années mais la crise des gilets jaunes, la grève puis la Covid ont très fortement impactés ces dernières".

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?