AccueilEconomiePopote devient la marque Foud

Popote devient la marque Foud

En 2018, trois amis marseillais, Nicolas Giansily, Frédéric Charlet et Thibault Amat créent le traiteur Popote. Mais pour lancer leur franchise, ils ont dû changer de nom. L'un des cofondateurs de la marque explique pourquoi.
Frederic Charlet, Nicolas Giansily et Thibaut Amat travaillent des recettes traditionnelles de la cuisine française et lance Foud en franchise.
D.R. - Frederic Charlet, Nicolas Giansily et Thibaut Amat travaillent des recettes traditionnelles de la cuisine française et lance Foud en franchise.

Economie Publié le , Propos recueillis par Alexandra ZILBERMANN

Les Nouvelles Publications : Pourquoi ce changement de nom ?

Nicolas Giansily : Nous voulions nous développer en franchise et nous nous sommes aperçus des limites juridiques de notre marque initiale, Popote. Nous ne pouvions pas devenir « propriétaire » de ce nom commun. Pour aborder les questions juridiques, nous nous sommes fait accompagner par le cabinet marseillais Garoé avocats, spécialisé en droit de la propriété intellectuelle. Nous avons également travaillé avec Benjamin Caron, pour la partie marketing de notre développement. En devenant « Foud », nous voulions franciser un mot anglais et non faire un anglicisme.

Le cabinet d’avocats Garoé s’engage en devenant entreprise à mission

Quel développement en franchise prévoyez-vous ?

Nous avons quatre adresses en propre, à Aubagne, à Marseille Mazargues, La Valentine et à La Timone, qui a ouvert il y a quelques jours. Notre première franchise ouvre à Aix, dans la zone des Milles, le 25 avril. Bientôt ce sera au tour de Toulon. Nous sommes également en pour-parler avec de futurs franchisés sur Paris, Montpellier et Lyon. Nous aimerions en ouvrir entre trois et cinq par an. Avez nos adresses en propre nous visons cette année les 2,4 M€ de chiffre d’affaires (500 000 M€ en 2018). J’espère qu’en deux ans, notre franchisé aixois fera 2 M€ de chiffres d’affaires. Avec nos quatre adresses, nous servons 600 couverts par jour et avons une trentaine de collaborateurs. La franchise reste un bon moyen de développer la marque en France. Mais mon rêve, ce serait de nous implanter à New-York ! Et j’y crois…

Comment se répartissent les tâches entre les trois associés ?

Depuis le départ, le chef Frédéric Charlet gère les recettes, moi c’est plutôt la logistique [il a créé le traiteur Fleur de sel à Aubagne en 2013,NDLR] et Thibault Amat vient de quitter son CDI à plein temps, compte tenu de la création de notre franchise. Il gère depuis le départ tout ce qui a trait au marketing et au web, mais avec ce futur développement important, nous avions besoin qu’il soit là à plein temps. C’est une nouvelle aventure qui s’offre à nous !

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 26 septembre 2022

Journal du26 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?