AccueilEconomiePatrick Siri : « Nous souhaitons établir des passerelles entre start-up et grands groupes »

Patrick Siri : « Nous souhaitons établir des passerelles entre start-up et grands groupes »

Le Club Open Innovation Paca a été lancé officiellement, le 21 septembre à l'EMD à Marseille, en présence de représentants de plusieurs start-up, de grands groupes, d'administrations et d'élus. Son objectif est de faciliter la rencontre et de développer les échanges entre start-up et grands comptes pour développer le monde de demain. Entretien exclusif avec Patrick Siri, fondateur de P.Factory accélérateur de start-up et président du club.
Patrick Siri : « Nous souhaitons établir des passerelles entre start-up et grands groupes »
J.-P. Enaut - Patrick Siri, président du Club Open Innovation Paca.

Economie Publié le ,

Les Nouvelles Publications : Vous avez lancé, il y a deux ans, P.Factory et aujourd’hui, le Club Open Innovation Paca. Une suite logique pour vous ?
Patrick Siri
: En effet, il y a deux ans, nous avons créé P.Factory avec BertrandBigay. La création du club s’inscrit dans la continuité. A ce jour, nous avons accompagné 60 start-up, soit 30 par an. Nous désirons poursuivre sur ce rythme. Nous sommes à présent sept personnes pour nous atteler à cette tâche sur un plan régional, puisque nous sommes présents à Marseille, Aix-en-Provence et Nice. Notre objectif est d’aider les start-up à fort potentiel de croissance dans tous secteurs d’activité, avant et après la levée de fonds.

Les résultats sont-ils au rendez-vous ?
Les chiffres sont là pour en attester. Ce sont 14 start-up qui ont levé des fonds. P.Factory a contribué en apportant 0,8 M€. Elles ont obtenu 10 M€. Notre ambition est de continuer avec les 40 premières entreprises qui ont créé P.Factory et d’autres qui se grefferont. Certaines nous ont d’ores et déjà rejoints comme la Caisse des dépôts et la Cepac.

Comment vous est venue l’idée de créer ce club ?
P.Factory part toujours du besoin. L’objectif est de rencontrer les grands groupes pour faire du business. C’est à partir de notre réflexion et des actions réalisées à Paris que nous avons décidé de créer cette association. Nous espérons que les grands groupes « prendront la main ».

Comment le définissez-vous ?
Les quatre termes qui composent son nom sont essentiels. Et surtout l’innovation. Il n’y a pas de croissance sans innovation, ni valeur ajoutée. Elle est au cœur de la stratégie de l’entreprise. La recherche d’innovation doit être permanente. C’est le levier majeur de l’activité économique. Une start-up est fondamentalement porteuse d’idées nouvelles, disruptives, de nouvelles manières de travailler. L’enjeu est de marier les cultures différentes et d’avoir un rapport d’égal à égal. La confiance réciproque est nécessaire.

Vous vous inscrivez dans une continuité.
P. S. : Il existe en effet plusieurs clubs à Paris, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Strasbourg, Caen et maintenant Marseille. Nous avons souhaité donner la parole à Loïc Dosseur, fondateur de Paris & Co, sur le thème des clubs en France.

La suite de cet article est à lire dans le numéro 9917 des Nouvelles Publications (parution le 14/10/2016). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 55€/an).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?