Fermer la publicité

OtherSide veut généraliser un nouveau loisir avec MocaPlayer

le - - Economie

OtherSide veut généraliser un nouveau loisir avec MocaPlayer
J.-C. Barla - Otherside espère lever 3 millions d'euros, notamment pour développer l'effectif de l'entreprise.

La TPE martégale prépare une levée de fonds pour ouvrir une première salle de jeux d'aventures combinant réalité virtuelle et « motion capture » avec l'intention de le dupliquer partout.

« Nous espérons lever au moins trois millions d'euros », indique Frédéric Vandenberghe, président d'OtherSide Studio, une société née en 2017 à Martigues et spécialisée dans la fabrication d'animations en captures de mouvements (motion capture) de comédiens, les contenus immersifs et la post-production pour le cinéma. Mais c'est pour un autre projet, la technologie MocaPlayer, qu'elle espère boucler ce tour de table.

Employant cinq personnes, l'entreprise a mis au point ce concept de jeu dont le prototype a été présenté dans la galerie marchande du centre « Avant Cap » à Plan-de-Campagne. Une grande affiche invitait les badauds à découvrir « Redux », une expérience immersive dans un univers en réalité virtuelle mais avec de véritables sensations physiques. OtherSide veut développer un réseau de salles de jeux dans des cinémas, des centres commerciaux, des bateaux de croisières. « Nous avons accueilli plusieurs dizaines de joueurs, à raison de neuf sessions quotidiennement, et leurs retours sont très positifs sur ce jeu à l'échelle 1, explique le directeur général Guillaume Aliquot. Pour comprendre ce que nous avions conçu et en cerner les potentialités, il nous fallait ce premier produit, équivalent à la première partie d'un scénario. La levée de fonds permettra d'en préparer d'autres pour jouer, non plus à deux seulement, mais à plusieurs, jusqu'à dix, en fonction de l'espace développé. Le format « série » nous intéresse, par exemple, beaucoup ».

Technologie duplicable

OtherSide occupait, à titre de démonstrateur, un espace de quelques dizaines de mètres carrés. Une partie était aménagée en décor où l'entreprise avait disséminé caméras et capteurs à différents niveaux. Les joueurs, de leur côté, sont équipés d'un casque de réalité virtuelle, d'un PC sac à dos et de capteurs accrochés à des gants pour les mains et à des surchaussures pour les pieds.

Tout au long du jeu, les personnages se meuvent dans des univers différents alors qu'ils ne se déplacent que dans ce seul décor. Les interactions entre joueurs s'opèrent en temps réel, chacun voyant le corps de l'autre dans le costume de super-héros qu'il s'est choisi virtuellement et dans son intégralité. Pour ouvrir un coffre, on ne pointe pas du regard un point vers la poignée, on prend vraiment la poignée et on l'ouvre… « La VR classique n'offre qu'un point de vue et non cette incarnation physique », explique Frédéric Vandenberghe.

Pour les deux dirigeants, la technologie peut s'appliquer à d'autres domaines, notamment dans l'armée ou en matière de formation sur simulateur dans l'industrie (nucléaire, aéronautique…). Ils se disent ouverts à faire découvrir ses potentialités dans leurs locaux. Si elle mène à bien son tour de table, OtherSide prévoit de doubler son effectif dans les prochains mois.




J.-C. Barla
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer