Fermer la publicité

Olympique de Marseille : Data Champions Project

le - - Economie

Olympique de Marseille : Data Champions Project
D.R. - Frédéric Cozic, directeur technologie et innovation de l'Olympique de Marseille, détaille la stratégie du club en ce qui concerne l'exploitation des données.

Partant du principe que performances technologiques et sportives sont liées, l'Olympique de Marseille vient de lancer son OM Data Lab. Et puisque le football se joue en équipe, entreprises, chercheurs et start-up peuvent y contribuer.

Manquer le but de Dimitri Payet en début de deuxième mi-temps pour avoir attendu d'être servi à la buvette de l'Orange Vélodrome... C'est notamment pour éviter ces trop longues files d'attente que l'Olympique de Marseille vient de lancer son OM Data Lab. L'objectif est d'analyser toutes les données du club afin d'optimiser ses performances, qu'elles soient sportives, bien sûr, mais aussi business ou organisationnelles. « Aujourd'hui, nous ne sommes pas capables d'orienter le public vers tel ou tel stand en fonction de sa fréquentation. L'objectif est de mesurer le temps d'attente pour pouvoir dire "c'est à gauche qu'il faut aller ou à droite etc." », illustre ainsi Frédéric Cozic, directeur technologie et innovation de l'Olympique de Marseille. Car une file d'attente moins longue, c'est aussi de meilleures ventes pour le club.

Parmi les autres projets évoqués grâce à une analyse plus pointue des données, le yield management à savoir l'évolution tarifaire des 65 000 places que compte le stade. « Nous avons sept ans d'historique de billetterie. Les algorithmes vont étudier la manière dont les places ont été vendues dans le passé » en fonction des adversaires bien entendu mais aussi de la météo, de jour et de l'heure, du classement à ce moment-là, des événements qui avaient aussi lieu à Marseille... « Au total, ce sont 35 critères qui vont nous aider à avoir une analyse prédictive. La machine nous aide à prendre de meilleures décisions. »

Le sportif n'est pas non plus mis de côté. « Le football est devenu si professionnel que cela se joue dans de tous petits détails. C'est le nerf de la guerre de que de récupérer le meilleur de chaque joueur. » Ces derniers sont donc équipés de capteurs biométriques, pour par exemple prévenir les blessures ou quand elles arrivent savoir comment optimiser le plan de reprise. Cinq ou six projets sont déjà en cours, dont certains depuis plus de six mois.

Collaborations avec des partenaires, chercheurs et start-up

Pour le club, l'avenir ne se joue donc pas seulement sur le terrain. Et pour performer en dehors de la pelouse, l'équipe « tech » de Frédéric Cozic – composée de 25 personnes - ne compte pas la jouer solo. Outre des experts internes comme le préparateur physique ou le directeur médical, des collaborations externes avec les partenaires historiques du club (Amazon, Orange, Puma), des chercheurs spécialisés dans l'intelligence artificielle par exemple ou des start-up sont envisagées.

Frédéric Cozic compte d'ailleurs se rapprocher d'incubateurs ou de la French Tech Aix-Marseille Provence pour faire connaître la démarche auprès des jeunes pousses et identifier celles qui développent une technologie applicable aux problématiques de l'OM. « Nous leur offrons un bac à sable pour tester leurs travaux », raconte-t-il. Et si une collaboration aboutit à un produit fini, plusieurs solutions sont envisagées : soit le club s'associe avec la start-up pour disposer de sa technologie ; soit il investit dedans ; ou encore la technologie co-créée devient la propriété intellectuelle de l'OM qui peut alors créer une licence sous logiciel, source de revenus. « Nous sommes un club mais aussi une entreprise, nous devons donc trouver de nouveaux leviers de développement », détaille Frédéric Cozic.

Ligue des datachampions

Et si ce laboratoire de données a pu voir le jour, c'est qu'il s'inscrit dans le cadre d'une transformation digitale plus générale du club, entamée il y a 18 mois. « Nous avions des outils qui marchaient bien mais nous avions atteint un plafond car ils étaient anciens et parfois communs à plusieurs services », explique Frédéric Cozic.

L'OM, qui est qualifié en Ligue des champions cette saison, avait donc besoin de passer un cap avec cette idée que la performance sportive passe par celle technologique. Billetterie, site, application, outils CRM (pour la gestion de la relation client)... tout a donc été revu brique par brique et les données de l'ensemble des services sont désormais stockées au même endroit, dans un « data lake », bâti en collaboration avec Amazon. De quoi permettre au club d'accélérer sur le terrain de la donnée.




Karen Latour
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer