Fermer la publicité

Nutri&Co maintient le cap sur les compléments alimentaires

le - - Economie

Nutri&Co maintient le cap sur les compléments alimentaires
D.R. - Edouard Fornas a imaginé une marque de nutraceutique qui se veut différenciante notamment « en raison de la qualité de ses matières premières ».

Créée à Aix-en-Provence en 2017, Nutri&Co passe à la mise en œuvre de ses nouveaux objectifs, à la suite d'une levée de fonds de 4 M€ l'hiver dernier. Edouard Fornas, fondateur de la start-up, dévoile ses objectifs.

Ancien analyste financier, Edouard Fornas s'est intéressé à la nutraceutique (nouvelle terminologie pour parler des compléments alimentaires) en 2016. Ce sportif souhaite alors prendre de la masse musculaire. Il découvre un secteur où « les prix passent du simple au double, avec un manque de transparence sur la composition, glisse-t-il. Les packagings sont aseptisés et le marché en France encore discret. A l'époque, on n'était pas fiers de dire que l'on prenait des compléments alimentaires. » Voilà pour le constat. Edouard Fornas décide alors, avec 30 000 €, de créer Nutri&Co. Il démarre l'histoire avec un seul produit au magnésium.

Business plan à trois ans

En 2019, il entame une levée de fonds pour pouvoir développer sa gamme, étendre son activité à l'international (notamment en Allemagne et en Italie) et introduire le marché physique des nutraceutiques (pharmacies, parapharmacies, magasins bio…). Nutri&Co et le fonds d'investissement de la famille Mulliez, Creadev, s'associent à Jacques Chevallet, operating partner nutraceutic de Creadev et surtout, ex CEO du leader français du marché des compléments alimentaires, Arkopharma. Le montant de la levée de fonds de 4 M€ est acté en février dernier. « Nous venons de sortir un nouveau produit, nous avons embauché et travaillons à la mise en œuvre de nos canaux de diffusion, ainsi qu'au développement de l'export. D'ici trois ans, nous comptons sortir entre cinq et huit nouveaux produits par an. »

Quand on lui demande s'il souhaite produire des gummies, il répond ne pas être « fermé à l'idée car c'est un marché en pleine expansion aux Etats-Unis, un pays que nous allons, avec la Chine, également investir. » Pour autant, « je ne suis pas fan de ce produit. Je trouve ça infantilisant de "manger des bonbons". On peut dépasser la dose, ce qui n'est pas le cas avec des gélules et il y a moins d'actifs dans ce type de produits. »

Et l'export ?

Si l'Italie représente déjà 20 % du chiffre d'affaires de l'entreprise, la marge de progression est forte, comme en Allemagne, où la marque démarre à peine. « L'an prochain, nous espérons doubler notre chiffre d'affaires actuel. » Un chiffre d'affaires que Nutri&Co, qui emploie désormais 22 personnes, ne souhaite pas dévoiler mais assure qu'il est de « plusieurs millions d'euros ».

Depuis sa création, 500 000 flacons ont été vendus. Sachant que le marché européen de la nutraceutique représente 16 Mds €, la marge de progression de Nutri&Co est forte. En plus de l'eshop de la marque, ses produits sont disponibles en France dans des points de vente physique depuis la fin de l'année 2020.




Alexandra Zilbermann
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer