AccueilEconomieNutri&Co maintient le cap sur les compléments alimentaires

Nutri&Co maintient le cap sur les compléments alimentaires

Créée à Aix-en-Provence en 2017, Nutri&Co passe à la mise en œuvre de ses nouveaux objectifs, à la suite d'une levée de fonds de 4 M€ l'hiver dernier. Edouard Fornas, fondateur de la start-up, dévoile ses objectifs.
Nutri&Co maintient le cap sur les compléments alimentaires
D.R. - Edouard Fornas a imaginé une marque de nutraceutique qui se veut différenciante notamment « en raison de la qualité de ses matières premières ».

Economie Publié le , par

Ancien analyste financier, Edouard Fornas s'est intéressé à la nutraceutique (nouvelle terminologie pour parler des compléments alimentaires) en 2016. Ce sportif souhaite alors prendre de la masse musculaire. Il découvre un secteur où « les prix passent du simple au double, avec un manque de transparence sur la composition, glisse-t-il. Les packagings sont aseptisés et le marché en France encore discret. A l'époque, on n'était pas fiers de dire que l'on prenait des compléments alimentaires. » Voilà pour le constat. Edouard Fornas décide alors, avec 30 000 €, de créer Nutri&Co. Il démarre l'histoire avec un seul produit au magnésium.

Business plan à trois ans

En 2019, il entame une levée de fonds pour pouvoir développer sa gamme, étendre son activité à l'international (notamment en Allemagne et en Italie) et introduire le marché physique des nutraceutiques (pharmacies, parapharmacies, magasins bio…). Nutri&Co et le fonds d'investissement de la famille Mulliez, Creadev, s'associent à Jacques Chevallet, operating partner nutraceutic de Creadev et surtout, ex CEO du leader français du marché des compléments alimentaires, Arkopharma. Le montant de la levée de fonds de 4 M€ est acté en février dernier. « Nous venons de sortir un nouveau produit, nous avons embauché et travaillons à la mise en œuvre de nos canaux de diffusion, ainsi qu'au développement de l'export. D'ici trois ans, nous comptons sortir entre cinq et huit nouveaux produits par an. »

Quand on lui demande s'il souhaite produire des gummies, il répond ne pas être « fermé à l'idée car c'est un marché en pleine expansion aux Etats-Unis, un pays que nous allons, avec la Chine, également investir. » Pour autant, « je ne suis pas fan de ce produit. Je trouve ça infantilisant de "manger des bonbons". On peut dépasser la dose, ce qui n'est pas le cas avec des gélules et il y a moins d'actifs dans ce type de produits. »

Et l'export ?

Si l'Italie représente déjà 20 % du chiffre d'affaires de l'entreprise, la marge de progression est forte, comme en Allemagne, où la marque démarre à peine. « L'an prochain, nous espérons doubler notre chiffre d'affaires actuel. » Un chiffre d'affaires que Nutri&Co, qui emploie désormais 22 personnes, ne souhaite pas dévoiler mais assure qu'il est de « plusieurs millions d'euros ».

Depuis sa création, 500 000 flacons ont été vendus. Sachant que le marché européen de la nutraceutique représente 16 Mds €, la marge de progression de Nutri&Co est forte. En plus de l'eshop de la marque, ses produits sont disponibles en France dans des points de vente physique depuis la fin de l'année 2020.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?