AccueilFinanceConnect Pro : « Tout faire pour transformer nos entreprises régionales en ETI »

Connect Pro : « Tout faire pour transformer nos entreprises régionales en ETI »

Connect Pro lance son troisième outil d’investissement : un fonds dédié à la transmission et à la relance des PME de la région. Explications avec Franck Paoli, le fondateur de Connect Pro et Damien Garau son directeur général.
Connect Pro : « Tout faire pour transformer nos entreprises régionales en ETI »
D.R. - Franck Paoli, fondateur de Connect Pro, et Damien Garau, son directeur général, expliquent en quoi consiste le nouveau fonds Sud Rebond

Finance Publié le ,

Les Nouvelles Publications : Connect Pro vient de lancer un nouveau fonds. Où en sont les deux précédents ?
Franck Paoli : Notre premier fonds, Connect Capital, a été lancé en 2007 et il est à présent clôturé. Pour rappel, il était doté de 29 M€ ce qui nous a permis de réaliser sept acquisitions, toutes cédées à ce jour. Notre deuxième fonds Connect Invest a démarré en 2013 avec un montant de 22 M€. Aujourd’hui il est complètement investi, au sein de neuf entreprises. Sa durée de vie est de 13 ans. Nous privilégions le long terme car nous ne faisons pas de spéculation sur des entreprises, nos accompagnements se font sur la durée.

Parlez-nous de votre troisième outil ?
Damien Garau : Notre troisième fonds, baptisé Sud Rebond, vient de finaliser le closing de son premier tour. Le montant levé est supérieur à 15 M€. Il est désormais opérationnel et nous envisageons de réaliser nos premières opérations d’ici la fin de l’année. Pour autant, la souscription à Sud Rebond n’est pas fermée et nous ambitionnons qu’il soit doté, à terme, de 20 à 25 M€.

Sud Rebond ressemble-t-il à vos précédents fonds ?
FP : Ce fonds ressemble sur plusieurs aspects aux précédents. Nous conservons notre marque de fabrique qui est le financement du haut de bilan et l’accompagnement actif des dirigeants d’entreprise. Et nous visons, comme toujours, les PME régionales, notamment les structures réalisant 5 à 15 M€ de chiffre d’affaires, pour plus de proximité.
Cependant, contrairement à nos précédents fonds, Sud Rebond ne fera pas exclusivement du capital transmission. Avec la crise sanitaire, il nous a semblé judicieux de nous intéresser également aux PME avec des projets de développement ambitieux. Après un an et demi très difficile, les entrepreneurs ont besoin de se faire épauler. Autre évolution de taille, nous nous ouvrons davantage à la prise de participation minoritaire.

Vous ne serez donc pas seul dans les deals ?
DG : C’était déjà le cas puisque nous étions dans des opérations de co-investissement. Et cela ne nous dérange pas. Bien au contraire. Nous militons pour le jeu collectif. Il est temps de sortir de ce marasme économique, il est important de tout faire pour transformer nos entreprises régionales en ETI. Cela nécessite de se serrer les coudes. C’est du reste pour toutes ces raisons que les acteurs du capital investissement de la région ont lancé, il y a moins d’un an, l’association Ambition Capital.

Quels sont les principaux investisseurs de Sud Rebond ?
DG : Nous accueillons déjà sept institutionnels au capital et nous pensons atteindre la dizaine. Parmi eux : la BPMed, le Crédit Agricole (caisses Alpes Provence et Provence Côte d’Azur), Covéa, les CCI Aix-Marseille Provence, Nice Côte d’Azur et du Var. Du côté des entrepreneurs, ils sont déjà au nombre de 35. Il y a des Marseillais et des Aixois mais aussi des Niçois, des Varois, des Hauts-Alpins etc. Avec ce fonds nous souhaitons davantage représenter la région, toute la région ! Ce fonds mise sur la synergie de tout l’écosystème local. Depuis les institutionnels financiers, jusqu'aux entrepreneurs aguerris et altruistes soucieux de faire grandir les autres, en passant par les chambres et organismes consulaires.
A noter également que Sud Rebond a été labellisé Relance, et intègre donc pleinement la nécessaire transition RSE des PME du territoire.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?