AccueilEconomie« Nous avons imaginé EleaSud, une application d’aide à la transition numérique »

« Nous avons imaginé EleaSud, une application d’aide à la transition numérique »

A quelques jours du lancement de la phase test de son application EleaSud, Stéphanie Chauvet, directrice de la Maison de l’emploi de Marseille, revient sur la mission de l’institution et sur la cible de son appli.
« Nous avons imaginé EleaSud, une application d’aide à la transition numérique »
D.R. - La directrice de la Maison de l’emploi de Marseille mise aussi beaucoup sur les actions « étudiants/entreprises » pour accélérer la transition numérique des commerçants et restaurateurs.

Economie Publié le , Propos recueillis par Alexandra ZILBERMANN

Les Nouvelles Publications : Pouvez-vous nous présenter la mission principale de la Maison de l’emploi ?
Stéphanie Chauvet : Les Maisons de l’emploi ont été créées en 2005 par Jean-Louis Borloo, alors ministre. Elles réunissent l’ensemble des acteurs du secteur de l’emploi. Nous analysons au quotidien le bassin d’emploi métropolitain, pour mieux en cerner ses besoins, ses manques. Quelles sont les compétences actuelles des demandeurs d’emploi ? Leurs besoins en formation ? Les attentes des employeurs dans tel ou tel secteur ? Autant de questions que nous nous posons et dont nous faisons remonter les conclusions aux décideurs, que sont la Ville, la Région, le Département, la Métropole, mais aussi l’Education nationale…

EleaSud va aider les commerçants à poursuivre leur transition numérique. Vous y travaillez depuis quand ?
Nous pensons à cette application d’aide à la transition numérique depuis 2018. Bien sûr, les deux ans de pandémie ont mis à jour les besoins des commerçants et restaurateurs. Ceux qui étaient trop éloignés des outils numériques se sont rendu compte qu'ils ne pouvaient pas faire sans. Nous leur proposerons dès l’an prochain une application qui répondra concrètement à leurs préoccupations, telles que « comment se rendre visible sur le net » ou « comment gagner des clients ». Nous la lançons à la fin du mois et la testerons tout décembre.

Confirmez-vous que les commerçants métropolitains ont pris conscience, avec la crise sanitaire, de la nécessité des réseaux sociaux et d’avoir un eshop ?
La crise a accéléré leur transition numérique. Tous ont acté que le click & collect était une priorité, avec des effets quantifiables sur le chiffre d’affaires. Nous espérons que d’ici 18 mois, l’appli sera téléchargée 1 500 fois [le centre-ville de Marseille compte 4 500 commerces, NDLR]. En attendant, nous continuons notre travail au plus près de leurs besoins, en leur proposant notamment l’aide gratuite d’étudiants. Les élèves des lycées Charles Peguy ou Saint-Exupéry sont là pour développer leurs outils à leurs côtés. Chaque commerçant ou restaurateur peut nous appeler pour une mise en relation. C’est aussi très important pour ces jeunes, d’avoir des missions de terrain aussi concrètes.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?