Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Newton Offices à l'offensive sur le marché du flex office

le - - Immobilier

Newton Offices à l'offensive sur le marché du flex office
W. Allaire - Guillaume Pellegrin, CEO de Tivoli Capital et Mai-Lan de Marcilly, directrice de KKR Immobilier Europe.

Le fonds new yorkais KKR et le groupe marseillais Tivoli Capital viennent de lancer une foncière dédiée au marché tertiaire. Cette structure qui a pour nom commercial « Newton Offices » compte se déployer dans les grandes métropoles régionales. Avec un credo : l'essor des nouveaux usages dans le monde du travail.

Isaac Newton, le physicien anglais inventeur de la loi de la gravitation universelle n'avait pas internet. Mais il avait un bureau. Trois siècles après sa mort, le célèbre savant croqué par Gotlib donne son nom à la nouvelle marque « Newton Offices », nom commercial de la foncière développée en commun par le fonds américain KKR (majoritaire) et le groupe marseillais Tivoli Capital. « Nous avons beaucoup d'appétit pour la France », insiste Mai-Lan de Marcilly, directrice de KKR immobilier Europe, basée à Londres. Cette société d'investissement (fondée en 1976 à New York aujourd'hui à la tête de 190 Mds$ d'actifs) s'est associé avec Tivoli Capital pour développer des espaces de travail partagé (ou coworking) dans toutes les grandes métropoles françaises.

Le premier jalon de cette stratégie a été présenté ce 4 avril dans la plate-forme « iLOV'It Worklab » de 3 700 m2 lancée en 2016 par le groupe phocéen dans le bas de la rue de la République à Marseille (2e).


Lire aussi : I Lov'it, une nouvelle approche du coworking


Un immeuble de 5 056 m2 à Aix

Surfant sur la vague qui porte le marché du coworking et des tiers lieux depuis quelques années en France, les deux partenaires entendent exporter le concept « Newton Offices » dans une quinzaine de sites hors de la métropole phocéenne. « Cette offensive cible les quartiers centraux des affaires desservis par les transports collectifs et les parcs tertiaires en vogue comme le pôle d'activités d'Aix-en-Provence », explique Mai-Lan de Marcilly.

Affichant leur volonté « de bousculer les codes du secteur », selon les dires de Guillaume Pellegrin, le CEO de Tivoli Capital, KKR et Tivoli ouvriront à la fin de l'année 2019 une plate-forme dans un bâtiment neuf de 4 200 m2 du programme Port Marianne à Montpellier. D'autres projets sont dans les tuyaux d'ici 2020 à Aix (un immeuble de 5 056 m2 du programme « Les Carrés du Golf » développé par Cogedim Provence), à Marseille et à Lille. D'ici 2025, l'enseigne Newton Offices devrait se déployer dans des immeubles « à taille humaine » d'environ 5 000 m2 de surfaces en moyenne dans les principales métropoles régionales : Nice, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Rennes et Lyon.« Nous serons propriétaires des murs. Un engagement indispensable pour pouvoir investir dans ces plates-formes », assure Guillaume Pellegrin.

Surfer sur l'essor du coworking et du flex office

Les deux associés lorgnent sur un marché de l'immobilier tertiaire et coworking qui a pesé 31 Mds€ d'investissements en 2018 dont seulement 9 Mds€ en région. 52% des entreprises de plus de cinquante salariés souhaiteraient développer leur recours aux espaces hybrides dans le futur.

« Le coworking n'est pas une mode mais une tendance de fond qui correspond à une attente, notamment en région, en offrant la simplicité, la flexibilité et l'expérience », insiste Mai-Lan de Marcilly. « Avec l'essor des nouveaux usages dans le travail, les baux commerciaux sont un frein, les entreprises ont besoin de se libérer de la contrainte immobilière avec des bureaux offrant une palette de services au sein d'une communauté », abonde Guillaume Pellegrin.

Cette souplesse de décline sur le plan tarifaire : les formules vont de 5 euros de l'heure pour la location d'un poste de travail incluant tous les services (téléphone illimité, connexion wifi sécurisée, café, cuisine collective, salle de visioconférence, salles de réunion, photocopieuse, conciergerie, ménage et même douche...) à 410 euros HT par mois. « Les entreprises recherchent d'abord un outil de travail puis du bien-être. On essaie de garantir ce subtil équilibre », détaille Guillaume Pellegrin. Les locataires peuvent également bénéficier, moyennant un supplément modique, de cours de yoga, d'une esthéticienne, de massages, de paniers bios, etc...

Le premier espace marseillais, iLOV'It Worklab rebaptisé Newton Offices, accueille aussi bien des start-up qu'une équipe de projet d'Engie.​




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer