AccueilEconomieMétallurgie : "En Paca, nous avons besoin de recruter 4000 postes par an"

Métallurgie : "En Paca, nous avons besoin de recruter 4000 postes par an"

Serge Bornarel, délégué général de l'Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) des Bouches-du-Rhône et des Alpes-de-Haute-Provence, revient sur l'accord signé avec les organisations syndicales pour développer l'apprentissage au sein de la métallurgie.
Métallurgie :
Photo archives - L'UIMM 13 et 04 accueille actuellement 1000 apprentis et souhaite doubler ce chiffre.

Economie Publié le ,

Les Nouvelles Publications : Y avait-il besoin de signer un accord pour développer l’apprentissage dans votre filière ?

Serge Bornarel :En Paca, nous voulions aller plus loin. Actuellement, nous accueillons un millier d’apprentis sur 75.000 salariés. Avec cet accord de branche avec les partenaires sociaux, nous nous fixons un objectif quantitatif de doubler ce chiffre. C’est une façon de répondre aux demandes en besoin de compétences des entreprises industrielles et aux besoins de formation des jeunes. (Photo D.R.)

Votre filière est-elle toujours en tension pour les embauches ?
En Paca, nous avons besoin de recruter 4.000 postes par an. Mais attention, il s’agit d’emplois qualifiés et nous recrutons des techniciens supérieurs ou des niveaux BTS et Bac Pro. Nous avons besoins de salariés dans les métiers de l’électromécanique, de la maintenance industrielle, de la chaudronnerie, des soudeurs, etc… Nous avons également besoin d’ingénieurs.

Quel est le contenu de cet accord ? Et de quelle façon va-t-il permettre l’accueil de nouveaux apprentis dans vos entreprises ?
Il permet de sécuriser le parcours des jeunes. De façon générale, ces jeunes sont rassurés quand ils signent un contrat avec une grande entreprise. Mais ils se coupent des PME et TPE qui offrent de nombreux métiers et sont dans l’innovation. L’idée est de permettre à un apprenti de passer, pendant la période de son apprentissage, d’une grande entreprise à une TPE, sans avoir besoin de s’occuper du côté administratif. C’était un peu compliqué à mettre en place. Mais de cette façon l’apprenti est rassuré sur ce côté administratif : il aura deux employeurs et connaîtra deux entreprises.

L'intégralité de l'interview est à lire dans le numéro 9856 des Nouvelles Publications (parution le 14/08/2015).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?