AccueilEconomieMenuiserie des Alpilles : une équipe d’artisans passionnés

ARTISAN Menuiserie des Alpilles : une équipe d’artisans passionnés

L’artisan Gilles Ricaud est un ancien compagnon adepte des belles choses. Son entreprise entend recruter autant de salariés que d’apprentis pour une bonne transmission du savoir-faire.
Menuiserie des Alpilles : une équipe d’artisans passionnés
D.R. - Un meuble bibliothèque réalisé sur mesure.

Economie Publié le ,

Gilles Ricaud, compagnon menuisier, exerce son métier de menuisier-ébéniste à Saint-Martin-de-Crau, au service des particuliers, des professionnels et des collectivités de la région. Son entreprise, Menuiserie des Alpilles, fêtera dans quelques jours ses 18 ans. Ce qui n’est pas rien dans ce métier. « Notre activité s’est développée via le bouche-à-oreille, les recommandations émanant des acteurs publics, des architectes et des particuliers. Mais aussi grâce aux pancartes de chantiers sur lesquelles figure le nom de l’entreprise », explique Gilles Ricaud. Dans la région il réalise des aménagements intérieurs et extérieurs ainsi que la fabrication de menuiseries bois. Avec les beaux jours qui perdurent, il est encore temps, à titre d’exemple, de lui demander de créer une terrasse en bois pour votre tour de piscine ou encore d’habiller votre jacuzzi.

Très discret et soucieux de toucher le plus grand nombre de personnes, il précise au détour d’une phrase qu’il détient le label Maître artisan mais hésite à solliciter celui d’artisan d’art. « Cela peut faire peur », estime-t-il. Pour les mêmes raisons, il communique sur son activité de menuisier mais évite de trop mettre en avant celle d’ébénisterie. « Ça peut faire trop haut de gamme et dissuader certains de faire appel à nous. »

Transmettre

Le plus dur aujourd’hui dans son quotidien concerne le recrutement des équipes. S’il a des salariés fidèles depuis de nombreuses années, il est toujours à la recherche de sang neuf, motivé et passionné. « Dans le compagnonnage, il y a beaucoup de jeunes avec une soif d’apprendre, une envie d’entretenir le patrimoine, les belles choses. Mais il faut aussi les laisser voyager et découvrir la France, le monde. »

Pour lui, pas de doute, « les jeunes font beaucoup de bien à l’entreprise. Je préfère une personne de 20-25 ans motivée plutôt qu’un professionnel de 45 ans passif. » Il se réjouit ainsi qu’il soit désormais possible de garder trois ans, dans ses équipes, un jeune en bac pro au lieu de seulement deux ans, comme auparavant.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?