AccueilDroit et ChiffreMe Yann Arnoux Pollak à la tête de l’école des avocats du Sud-Est

Me Yann Arnoux Pollak à la tête de l’école des avocats du Sud-Est

Depuis le 1er janvier, Me Yann Arnoux Pollak préside l’école des avocats du Sud-Est (Edase). Il succède à Me Jean-Pierre Rayne pour un mandat de trois ans.
« J’ai toujours considéré la profession d’avocat comme une famille. »
M. Debette - « J’ai toujours considéré la profession d’avocat comme une famille. »

Droit et Chiffre Publié le ,

Maître Yann Arnoux Pollak a pris la présidence de l’école des avocats du Sud-Est (Edase) depuis le 1er janvier. Une fonction qui n’est pas vraiment une découverte pour cet enseignant en procédure pénale et en plaidoirie à l’école des avocats. Transmettre, c’est dans ses gènes. Après un doctorat en droit privé et sciences criminelles à la faculté de droit d’Aix-en-Provence, il passe des bancs d’étudiants au pupitre d’enseignant en procédure pénale, droit pénal, droit commercial, droit civil, droit des procédures collectives durant plus d’une vingtaine d’années. Membre du conseil de faculté d’Aix (AMU), ancien bâtonnier de Marseille, membre du conseil de l’ordre, membre du conseil national des barreaux (CNB), ancien membre de la commission formation du CNB, ancien responsable du comité scientifique du CNB, il s’est toujours « intéressé à la formation, à la nécessité de transmettre ce que j’ai pu apprendre, que ce soit à la faculté ou dans le cadre de mon exercice professionnel », explique Me Yann Arnoux Pollak. Il ajoute : « J’ai toujours considéré la profession d’avocat comme une famille. Et donc je souhaite épauler ceux qui la rejoignent comme on l’a fait lorsque je suis entré dans cette famille ».

L’interaction pour créer du lien

Parmi ses objectifs pour l’Edase, il poursuivra ce que MeJean-Pierre Rayne a mis en œuvre, notamment le développement des abonnements pour les avocats qui doivent se soumettre aux obligations de formation continue. Il aimerait que l’école soit au plus près des huit barreaux concernés par l’Edase. Objectif : connaître leurs attentes et y répondre pour proposer à ces avocats, et ceux des barreaux extérieurs, des formations continues de qualité qui leur apporteront une meilleure efficacité dans le cadre de leur activité professionnelle au quotidien. « Concernant la formation initiale, je souhaite l’axer plus encore sur la pratique pour que les élèves avocats apprennent ce qu’ils n’ont pas pu apprendre à l’université et qui ne se trouve pas dans les livres. C’est-à-dire notre propre acquis professionnel. Cela, tout en étant à leur écoute. Il faut qu’il y ait un véritable échange, une interaction entre l’école et les élèves. Il faut qu’ils créent entre eux un tissu relationnel, des liens pour s’entraider durant les 40 ans à venir, faire en sorte d’ouvrir leur activité au monde économique et social, notamment par le fait de développer l’ouverture sur le monde du travail, leur future clientèle », confie le nouveau président de l’Edase pour un mandat de trois ans. « Un autre de mes souhaits est de mettre en place une interaction avec ceux que nous côtoyons au quotidien, c’est-à-dire les acteurs du monde judiciaire (magistrats, greffiers...) »

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 février 2023

Journal du03 février 2023

Journal du 27 janvier 2023

Journal du27 janvier 2023

Journal du 20 janvier 2023

Journal du20 janvier 2023

Journal du 13 janvier 2023

Journal du13 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?