AccueilImmobilierMarseille : la Carsat Sud-Est envisage de reconstruire son siège in situ

Marseille : la Carsat Sud-Est envisage de reconstruire son siège in situ

La Carsat Sud-Est projette de construire, à l’horizon 2025, son nouveau siège sur la parcelle qui jouxte ses locaux actuels de la rue George (5e). Un projet de 17 500 m2 estimé à 61 M€ TTC.
Marseille : la Carsat Sud-Est envisage de reconstruire son siège in situ
Caroline Garcia - Le siège actuel de la Carsat Sud Est, à Marseille.

Immobilier Publié le ,

La Carsat Sud-Est (Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail) envisage de reconstruire son siège en 2025, sur son site de la rue George (16 841 m2 d’emprise), à Marseille (5e). Elle avait pendant un temps planché sur un projet de réhabilitation lourde de ses locaux disséminés entre une demi-douzaine de bâtiments érigés sur ce site, dont elle est propriétaire, entre 1953 et 2009 (25 387 m2 de surface utile brute-SUB). Mais l’organisme qui gère les retraites des salariés a finalement décidé d’étudier une reconstruction in situ. Une solution radicale jugée moins onéreuse et moins complexe qu’une modernisation de ses bâtiments, construits pour la plupart avant l’entrée en vigueur de la réglementation thermique. La Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), organisme de tutelle de la Carsat, a établi une première projection d’une possible construction sur l’emprise du terrain, en tenant compte des prescriptions du PLUi (Plan local d'urbanisme intercommunal).

Un géomètre-expert a été mandaté en vue d’établir le plan topographique du terrain et un programmiste, la société Colliers International, a réalisé dans un premier temps une étude capacitaire pour s’assurer de la faisabilité d’implanter un nouveau bâtiment de 17 500 m2 sur la parcelle (6 000 m2) située au sud de l'actuel siège, en respectant les règles du PLUi, et dans un deuxième temps, un programme fonctionnel qui est en cours de rédaction.

Jean-Christophe Trapy prend la présidence de la CPAM 13

Le programme technique, quant à lui, sera rédigé par la direction immobilière de l’Ucanss (Union des caisses nationales de sécurité sociale), en charge de l’accompagnement des projets immobiliers de l’ensemble des organismes de sécurité sociale. L’étude de faisabilité devra permettre à la Cnav d’arrêter une décision dès la fin 2022 afin d’inscrire le budget nécessaire au projet sur le prochain plan immobilier national 2023-2026.

Un devis estimé à 61 M€ TTC

Les premières estimations de Colliers International laissent apparaître un coût d’objectif des travaux de 61 M€ toutes dépenses confondues (soit le montant travaux TTC y compris tous les honoraires des intervenants).

Ce projet immobilier qui s’inscrit dans le cadre de la rénovation globale du parc tertiaire de la branche retraite de la sécurité sociale, répond à plusieurs objectifs dont le chiffrage reste à préciser : réduire les coûts d’exploitation du site qui se montent à près de 3,8 M€ TTC/an, dont 1 M€ imputable exclusivement au caractère IGH (Immeuble de grande hauteur)du bâtiment Verdun (R+12) ; améliorer la performance et le confort énergétique du bâtiment ; améliorer les conditions de travail.

Marseille : Alterea va piloter le projet de reconstruction du siège de l'Urssaf

La Carsat souhaite également rationnaliser les surfaces de son futur siège car actuellement ce sont 1 217 agents qui y travaillent mais avec le départ de la Direction régionale du service médical (DRSM), à l’horizon 2025, cet effectif passera à 1 000 agents. Une réflexion interne doit être menée sur les modes de travail (télétravail, travail collaboratif, nouvelles technologies, etc.) et adopter les nouvelles pratiques.

Un projet mené en BIM II

Réalisé en suivant la démarche BIM II, le nouveau siège permettrait de reloger l’ensemble des agents hébergés sur le site, à savoir principalement les agents occupant l’IGH Verdun et le bâtiment George, deux bâtiments que la Carsat envisage de céder. Il en résultera une division foncière des parcelles.

Sur les bases actuelles du PLUi, de la constructibilité de la parcelle sud, et des besoins projetés de l’organisme, une première esquisse du projet a été ébauchée. Celle-ci prévoit la réalisation d’un bâtiment en U avec un front bâti le long du boulevard Chave représentant 1 100 m2 de surface de plancher par plateau.

Côté boulevard Chave, l’écrin pourrait s’élever sur six étages (7 700 m2 SUB) et serait relié à un autre corps de bâtiment, à l’est et au nord, face au boulevard Sakakini, et longeant une voirie à recréer. Ce bâtiment représenterait une emprise de 2 000 m2 à édifier en R+5 (R+6 sur la façade Sakakini pour 500 m2), soit quelque 12 500 m2 de surface de plancher au total.

Un AMO retenu début 2023

Une consultation pour retenir un assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO) a été lancée. Retenu en 2023, il sera en charge de recruter un groupement de maîtrise d’œuvre. Sa mission comprendra l’intégralité du projet, de la phase conception à la réalisation du nouveau bâtiment jusqu’à la réception, la mise en service et le suivi de la maintenance.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

Journal du 03 juin 2022

Journal du03 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?