AccueilEconomieMarseille : Corsica Linea largue les amarres pour son "A Galeotta"

Marseille : Corsica Linea largue les amarres pour son "A Galeotta"

La compagnie inaugure ce 6 janvier son premier navire neuf apte à voguer au GNL, réduisant ses émissions polluantes. Une étape dans sa stratégie de transition énergétique qui implique des investissements massifs et prendra 10 ans selon sa direction.
Le navire doit prendre la mer le 8 janvier depuis Marseille. Il est appelé à desservir les ports de Bastia et Ajaccio.
J.-C. Barla - Le navire doit prendre la mer le 8 janvier depuis Marseille. Il est appelé à desservir les ports de Bastia et Ajaccio.

Economie Publié le ,

Ce 6 janvier 2023, Corsica Linea a démontré que le "pari fou" engagé voici sept ans valait la peine d’être tenté et elle l’a fait savoir en conviant 800 personnes à l’inauguration de son nouveau navire "A Galeotta", à Marseille, dont le ministre des Transports, Clément Beaune. Reprendre une SNCM (Société nationale maritime Corse-Méditerranée) financièrement et socialement exsangue était en effet osé, mais elle a su visiblement adopter la stratégie adéquate pour retrouver la fiabilité de la continuité territoriale avec la Corse, la confiance de ses clients et salariés, imposer sa nouvelle identité avec sa flotte de bateaux rouges et entamer son adaptation aux enjeux environnementaux du transport maritime en Méditerranée.

Le Piana, premier ferry zéro particule de La Méridionale

Le PDG de Corsica Maritima Holding (consortium des entreprises corses qui a porté la reprise), François Padrona, a dit ressentir « beaucoup de fierté au vu du chemin incroyable parcouru », prenant soin de remercier le préfet de Région Christophe Mirmand, en rappelant le rôle qu’il a joué pour transformer en 2022 l’un des bateaux en centre de réfugiés pour 1 300 Ukrainiennes, et le ministre pour « son implication discrète et efficace », sous l’œil de l’Europe, sur la nouvelle délégation de service public. Corsica Linea a achevé 2022 avec un chiffre d’affaires de 320 millions d’euros contre 170 millions d’euros lors de son premier exercice. Elle a transporté 863 000 passagers sur la Corse et le Maghreb et plus de 125 000 remorques. Avec ses 1 400 collaborateurs dont 450 en Corse, elle est devenue le 1er employeur sous pavillon français en Méditerranée. « Nos personnels ont adhéré au projet que nous leur avons présenté et continuent de pousser avec nous », se réjouit le président de la compagnie, Pascal Trojani.

Les premiers pas de Christophe Castaner au port de Marseille

Premiers pas d’une transition de longue haleine pour Corsica Linea

Si le montant de l’investissement pour le nouveau bateau n’est pas dévoilé (un accord avec le chantier naval Visentini qui l’a construit à Porto Viro, près de Venise, impliquerait cette confidentialité), Pierre-Antoine Villanova, le directeur général de la compagnie, confie qu’il entre dans les 180 millions d’euros engagés dans la transition environnementale de la flotte depuis 2019.

L’A Galeotta mesure 206 mètres de long, compte 8 ponts et peut embarquer 150 voitures, 170 remorques et 930 passagers en plus des 70 membres d’équipage. Sa propulsion au GNL (gaz naturel liquéfié) atteste d’une accélération de la compagnie pour réduire les émissions polluantes tant en mer qu’à quai.

« Nous avons équipé trois navires de branchement électrique à quai pour des escales 0 fumée à Marseille, nous en avons doté cinq de systèmes de traitement de fumées déjà conformes à des normes qui ne seront applicables en Méditerranée qu’en 2025. Avec ce premier navire neuf de l’entreprise, nous réduisons de 20 % les émissions de CO2 et nous supprimons les émissions de particules de soufre et de particules fines et 90 % des émissions d’oxydes d’azote, explique Pierre-Antoine Villanova. Nous l’avions commandé quand le prix du GNL était quatre fois inférieur à celui d’aujourd’hui, ça impacte de quelques millions d’euros la rentabilité de l’entreprise, mais nous tenons notre cap de déployer un plan d’action environnemental pour chacun de nos navires sur les prochaines années, avec un souci d’anticipation. Nous réfléchissons aux adaptations que réclamera demain l’utilisation de biocarburants, carburants de synthèse et biométhanol ».

A l’horizon de 10 ans, Corsica Linea veut devenir, selon son directeur général, « la compagnie la plus moderne de Méditerranée ». Une ambition saluée par les élus présents à l’inauguration et le ministre Clément Beaune qui a qualifié l’A Galeotta de « navire exemplaire à plus d’un titre » et s’est félicité que la Délégation de service public attribuée par la collectivité corse, par sa durée de sept ans, « renforce la visibilité pour le projet mené avec courage par Corsica Linea ».

Un appel lancé pour sauver la filière ferry entre Marseille et la Corse

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 27 janvier 2023

Journal du27 janvier 2023

Journal du 20 janvier 2023

Journal du20 janvier 2023

Journal du 13 janvier 2023

Journal du13 janvier 2023

Journal du 06 janvier 2023

Journal du06 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?