AccueilEconomieMarseille accueille les premières Rencontres de la finance

Marseille accueille les premières Rencontres de la finance

Rémy Vialettes, délégué général de la Cefim, en partenariat avec l'AFTE (Association française des trésoriers d'entreprise), la DFCG (Association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion) et l'AFDCC (Association française des credit managers et conseils), a organisé, au Palais de la Bourse, une matinée dédiée aux problématiques financières du chef d'entreprise.
Marseille accueille les premières Rencontres de la finance
G. Majolet - Les interventions techniques ont été agrémentées de témoignages de professionnels du monde de l'entreprise.

Economie Publié le ,

« Cela fait plusieurs mois déjà que nous souhaitions organiser un tel événement dans la cité phocéenne. D’abord parce qu’il s’agit d’un sujet en pleine évolution mais aussi pour présenter les acteurs et les offres en la matière », explique RémyVialettes, délégué général de la Cefim. Mission réussie le 16 juin, avec une matinée dédiée à la finance. A la tribune, beaucoup de beau monde et beaucoup de sujets traités. Deux tables rondes ont été organisées. Et pour bien faire les choses, les interventions techniques des participants ont été agrémentées ici ou là de témoignages de professionnels du monde de l’entreprise. Il s’agissait de CorinneVersini, CEO (Chiefexecutiveofficer c’est-à-dire directrice générale) de Genes’Ink, et de Marc Khayat, directeur financier Pôle Support d’Onet.

Financements alternatifs

La première table ronde a abordé des thèmes assez techniques mais fondamentaux pour permettre à l’entreprise de manager son cash grâce aux comptes clients : le crédit management, l’affacturage, l’assurance crédit et le financement court terme. Différents spécialistes sont ainsi intervenus pour expliquer à la salle dans quelles circonstances il convient d’utiliser tel ou tel outil. Puis quelle est la démarche à suivre.

La deuxième table ronde, plus vivante, dynamique, s’est focalisée sur les financements bancaires et les financements alternatifs. Un thème qui intéresse grandement les entrepreneurs à la recherche de fonds. Parmi les profils : des banquiers régionaux, un expert en financement de marché, un spécialiste de la Bourse, une responsable de plate-forme de financement participatif, un représentant de Bpifrance…

Il a notamment été question de renégociation de prêt. Beaucoup de structures ont déjà franchi le pas en France. Dans tous les cas, « il est important de bien regarder si les clauses de la documentation que je vais renégocier permettent d’accompagner la croissance sur le long terme », explique Didier Philouze, responsable département Debt Advisory chez Redbridge. La parole a ensuite été donnée à un banquier qui a souhaité s’exprimer sur les comités dans les banques qui valident ou non la demande du chef d’entreprise. « Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’êtres humains et qu’à la base, ils n’ont pas de raison de dire non à un crédit. Malheureusement, certaines banques ne voient pas les clients et répondent sans connaître réellement l’entreprise », précise Daniel Cabardos directeur des crédits à la Banque Martin Maurel. Pas de doute pour Marc Khayat, « il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises banques. Elles sont nos partenaires et veulent le rester. Par contre, il y a des bons et des mauvais banquiers. Reste à trouver la bonne personne ! »

A noter que dans certains cas, certaines entreprises se tournent avec succès vers le crowdfunding. Les plates-formes de plus en plus nombreuses proposent notamment des prêts sans garantie mais avec un taux d’intérêt plus élevé que dans les banques. La Bourse peut également être envisagée pour se développer et prendre une autre dimension. Comme le précise Guillaume Mordelet, responsable Méditerranée d’EnterNext, « une entreprise s’adresse au marché lorsqu’elle a déjà fait un ou deux tours d’investissement. Nous intervenons en relais, pour les aider à passer à l’échelle supérieure. » Corinne Versini, CEO de Genes’Ink, n’est pas encore prête. « Nous nous sommes préparés deux ans avant de lancer notre levée de fonds. Donc si je dois entrer en Bourse dans le futur, il faut que je me prépare dès maintenant ! »

La boîte à outils de Bpifrance en matière de financement d’entreprise a ensuite été présentée par Pierre Villefranque, directeur régional Paca de la Banque publique d’investissement. Il a notamment expliqué que « Bpifrance intervient en élargissant le panier bancaire (co-investissement) ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?