AccueilDroit et ChiffreManque de moyens : le parquet de Marseille réduit ses missions

Manque de moyens : le parquet de Marseille réduit ses missions

Brice Robin, le procureur de la République de Marseille, qui s'exprimait en tant que membre du CA de la Conférence nationale des procureurs de la République, est revenu sur le manque de moyens des parquets et le statut des magistrats.
Manque de moyens : le parquet de Marseille réduit ses missions
Georges Majolet - Brice Robin procureur de la République de Marseille

Droit et Chiffre Publié le ,

« Par manque de moyens, je me vois dans l’obligation de réduire les missions du parquet pour nous concentrer sur notre cœur de métier : la mise en mouvement des actions publiques et la direction de la police judiciaire. Les priorités sont la lutte contre la délinquance et contre le terrorisme ». A quelques heures de la rentrée solennelle du TGI, Brice Robin, le procureur de la République de Marseille, a jeté un pavé dans la mare, lors de sa conférence de presse.

Multiplication des missions

« Il est urgent de faire une pause dans la multiplication de nos missions et l’augmentation de nos participations dans différentes instances, que nous ne remettons pas en cause, mais qui deviennent chronophages pour les équipes du parquet » développe le procureur.

10% d'effectifs en moins à Marseille

A Marseille, il manque 10 % d’effectifs au parquet : « nous fonctionnons avec 37 magistrats alors qu’il devrait y en avoir 41 » détaille Brice Robin. Ce manque de moyens se fait également sentir à tous les étages : logiciels dépassés, budget insuffisant pour acheter en nombre suffisant le Code Pénal 2016…

3,7 magistrats pour 100.000 habitants

Et le procureur de revenir sur une anecdote parlante :

« Le 19 juin 2015, le parquet de Marseille a eu à traiter 65 présentations dans la journée. Les débats contradictoires ont duré jusqu’à 8 heures du matin. Ce qui veut dire que le magistrat et le greffier, notamment, ont travaillé 24 heures sans interruption… » .

Brice Robin, qui s’exprimait en tant que membre du conseil d’administration de la CNPR (Conférence nationale des procureurs de la République) a développé ce manque de moyens au niveau national. « En France, les magistrats du parquet ont quatre fois plus de travail que leurs confrères européens. Si on s’en tient aux chiffres du Conseil de l’Europe ce dernier estime que la moyenne en Europe est de 12 magistrats pour 100.000 habitants, alors qu’elle est de 2,9 en France. « A Marseille, elle est à peu prés de 3,7, mais cela est sans tenir compte de nos compétences élargies comme celle pour les catastrophes collectives » a souligné Brice Robin.

Retrouvez l'intégralité de cet article, ainsi que le compte-rendu de la rentrée du TGI de Marseille dans les Nouvelles Publications du 22 janvier. Pour vous abonner.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?