AccueilEconomieMaison Elyse : après son passage sur M6, qu'est-ce qui a changé pour cette boulangerie ?

Maison Elyse : après son passage sur M6, qu'est-ce qui a changé pour cette boulangerie ?

L’enseigne marseillaise Maison Elyse a été mise en avant fin janvier dans l’émission de M6 "La meilleure boulangerie de France". Notre rédaction est allée demander ce qui a changé depuis à ses deux fondatrices, les sœurs Sylvie et Nadine Paillole.
Chaque semaine, Sylvie et Nadine Paillole changent de boulangerie pour rester au contact de leur équipe et de leur clientèle. Elles sont ici à leur adresse de Bonneveine, à Marseille.
A. Zilbermann - Chaque semaine, Sylvie et Nadine Paillole changent de boulangerie pour rester au contact de leur équipe et de leur clientèle. Elles sont ici à leur adresse de Bonneveine, à Marseille.

Economie Publié le ,

Déjà 20 ans que Maison Elyse sert tous les jours son pain aux Marseillais. La première adresse est née à Allauch, puis trois ont suivi dans le 12e arrondissement de Marseille, puis le 8e à Bonneveine et l’été dernier, toujours dans le 8e, du côté de Pastré. « C’est la deuxième fois que l’on vit cette expérience », nous apprennent les sœurs fondatrices de l’enseigne. « La première fois, nous sommes passées dans l’émission en 2018 avec notre adresse d’Allauch, Le Fournil du Logis Neuf. » Un nom qu’elles ont voulu conserver lorsqu’elles l’ont racheté en 2002, « pour ne pas déboussoler les clients ». Le choix du nom Maison Elyse leur vient de leur grand-mère maternelle, prénommée Elise. Une femme forte à qui elles ont voulu rendre ainsi hommage. Si Nadine et Sylvie Paillole ne viennent pas de l’univers de la boulangerie, elles ont su se faire une place dans un milieu masculin. L’une était formatrice chez L’Oréal. L’autre, comptable. Aujourd’hui, leur entreprise compte 60 salariés. Mais pas un mot sur leur chiffre d’affaires, « parce qu’il ne faut pas confondre chiffre d’affaires et bénéfices ». Surtout en temps de crise comme actuellement, « avec plus de 13 000 € d’électricité à payer chaque mois sur un seul point de vente ».

Un chèque urgence énergie pour venir en aide aux boulangers-pâtissiers en Paca

Pourquoi ont-elles perdu ?

Pour sa saison 2023, c’est M6 qui est revenu vers elles. Forcément, deux femmes, deux sœurs, dans un monde d’hommes où les femmes tiennent souvent le second rôle, c’est un "plus" pour la production. Si Maison Elyse a perdu face à leurs concurrents régionaux varois, les deux sœurs ont su analyser leur échec. « Nous nous sommes moins bien préparées que pour notre premier passage, il y a cinq ans. Nous gérions, au moment de l’enregistrement l’été dernier, l’ouverture de notre quatrième point de vente à Pastré. Nous sommes un peu restées sur nos acquis, c’est vrai en proposant un de nos best-seller, le pain au figatelli ».

Bonnes joueuses, elles savent pourquoi la chaîne est venue les chercher, pourquoi elles ont perdu (d’un demi-point) et pourquoi malgré tout, leur chiffre d’affaires à fait un bon de 30 % après leur passage. « Le 27 janvier, le lendemain de la diffusion, c’était la folie en magasin. C’est dingue l’impact qu’une telle émission peut avoir. Forcément, Maison Elyse a gagné en notoriété », explique Nadine Paillole. Elle nous parle des fidèles qui les félicitent de vive voix, des curieux qui achètent sans rien dire leur pain au figatelli. Sylvie souligne combien ce passage sur M6 les a aussi amenées à se remettre en question. Une obligation pour tout chef d’entreprise.

Maison Elyse, des produits artisanaux faits sur place

Leur couronne des rois et leur pompe restent sans aucun doute leurs deux produits signatures, mais ils sont saisonniers. Pour ne pas lasser leur clientèle, régulièrement, avec leur chef boulanger Xavier de Maillard, elles imaginent de nouvelles recettes. Chez elles, la pizza de boulangerie semble sortie du camion (chèvre/miel, burger, scarole…), les donuts nous régalent de Smarties ou de Kit Kat, le rool’s surprend avec son feuilletage léger, il y aussi la "pêche", ces deux brioches fourrées oubliées des années 1980…

« Nos clients apprécient de trouver chez nous un goût authentique, que certains oublient parfois, à force de manger des produits congelés. »

Si c’était à refaire, elles le referaient sans aucun doute. Pour le challenge et la remise en question qu’un tel barnum induit forcément…

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 mars 2023

Journal du24 mars 2023

Journal du 17 mars 2023

Journal du17 mars 2023

Journal du 10 mars 2023

Journal du10 mars 2023

Journal du 03 mars 2023

Journal du03 mars 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?