Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Mademoiselle Socialite : du notariat à la mode…

le - - Economie

Mademoiselle Socialite : du notariat à la mode…
Anne Loubet - La créatrice a été repérée par la Maison méditerranéenne des métiers de la mode

Mélina Carbonaro-Molina a créé sa marque de prêt-à-porter Mademoiselle Socialite il y a 18 mois et ne regrette rien de sa vie d'avant. Rencontre avec une jeune femme fraîche et déterminée à faire ce qui lui plait dans la vie !

Le droit, Mélina Carbonaro-Molina y est tombée un peu par hasard, mais elle y avait pris goût au fil de ses études. Impossible en effet pour cette fille de Sicilien de partir seule à Paris suivre des études de mode. Ce sera donc la faculté, à Nîmes. Elle a alors le choix entre une fac de lettres, de droit ou de médecine. Par défaut, elle choisit la fac de droit, mais reconnaît avoir  trouvé du plaisir dans ses études qui la mèneront jusqu’à un DESS de droit international, à Toulon, avant d’intégrer le centre de formation des notaires à Marseille.

C’est après que ça se complique, car une fois intégrée à une étude, elle s’aperçoit que le quotidien de son métier ne lui convient pas du tout. Trop rigide, trop hiérarchique, trop long pour avoir un peu d’indépendance, trop coupé de ses clients, bref, le métier de notaire ne lui plait plus du tout ! Ni une ni deux, Mélina sort du système et se consacre à sa vie de famille et à ses deux jeunes enfants. Mais l’envie d’avoir son univers professionnel bien à elle ne la quitte pas. Pour concilier vie de famille et épanouissement professionnel, la couture s’impose à celle qui l’a apprise très tôt aux côtés de sa grand-mère.

Pro dès le départ

Mélina Carbonaro-Molina est bien loin de la jeune créatrice qui a commencé un peu au hasard, dépassée par le succès de sa marque et perdue dans le monde de l’entreprise. Elle confie avoir abordé la création de sa marque comme celle d’une entreprise lambda : création d’une SARL, dépôt à l’INPI de son nom… Ses études juridiques lui ont permis d’éviter les erreurs des débutantes.

L’an dernier, sa première collection comportait une quinzaine de modèles. Déjà. Depuis, chaque collection en propose une trentaine. Cette année, au lieu d’en sortir quatre, elle en édite seulement deux, avec quelques modèles inter-saison.

Mademoiselle Socialite a été repérée par la MMMM (Maison méditerranéenne des métiers de la mode) et est entrée dans son pôle créateur, grâce à son prix du concours M Major. Déjà…

La suite de cet article est à lire dans le numéro 9892 des Nouvelles Publications. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (dès 55€/an). 




Esther Griffe
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer