Fermer la publicité

Lionel Canesi : « Les experts-comptables ne sont pas suffisamment reconnus au niveau national »

le - - Economie

Lionel Canesi : « Les experts-comptables ne sont pas suffisamment reconnus au niveau national »
R. Poulain - Lionel Canesi, président du Croec Paca, revient sur la place des experts-comptables, particulièrement visible pendant la crise sanitaire liée au Covid-19.

Lionel Canesi, président de l'Ordre des experts-comptables Provence-Alpes-Côte d'Azur, intervient cette semaine lors du premier congrès virtuel du syndicat Experts-comptables et commissaires aux comptes de France (ECF). L'occasion pour la profession de faire entendre sa voix et rappeler qu'elle est mobilisée pour accompagner les entrepreneurs.

Les Nouvelles Publications : Les adhérents d'Experts-comptables et commissaires aux comptes de France (ECF) devaient se retrouver à Marseille pour leur congrès. Finalement, l'évènement sera virtuel. Comment est-il organisé ?
Lionel Canesi :
Etant donné la situation sanitaire nous avons décidé de repousser le congrès marseillais d'ECF aux 21 et 22 juin prochain. A la place, nous avons créé ce congrès virtuel, pensé et calibré pour et par la profession et imaginé suivant nos besoins par un prestataire. Il se déroule toute cette semaine. L'inscription est gratuite et les participants peuvent se connecter quand ils le veulent pour assister aux plénières et ateliers. Lundi, à midi, nous avions déjà enregistré plus de 1 000 connexions.

Pourquoi était-il important de maintenir ce rendez-vous ?
Pendant cette crise, la profession a été très engagée, et continue de l'être. Il était important de faire une pause, revenir sur ce que nous avons vécu et nous projeter dans l'avenir, avec notamment nos élections professionnelles qui se tiendront à la fin de l'année [Lionel Canesi est candidat à la présidence du Conseil supérieur de l'ordre des experts comptables, NDLR].
Il est intéressant de confronter les réflexions que nous portions avant le confinement à celles développées à la lumière des derniers évènements. Nous avons montré que l'expert-comptable est indispensable pour accompagner les chefs d'entreprise. Nous avons décrypté les nombreux textes de loi qui évoluaient sans cesse, et expliqué les aides aux entrepreneurs afin qu'ils puissent en profiter. Nous étions aussi là lors des réunions avec les décideurs économiques, en préfecture notamment. Nous avons démontré, si cela n'était pas déjà fait, que l'expert-comptable est au cœur de l'économie. C'est pour cette raison, je le répète, que notre profession doit être consultée et respectée.

Ce n'est pas le cas ?
Je sors de cette période avec un sentiment mitigé : nous avons la reconnaissance de nos clients, nous avons une reconnaissance dans les régions - c'est le cas en Paca - mais elle n'est pas suffisante au niveau national : le ministre de l'Economie a remercié tous les acteurs économiques qui se sont impliqués dans la gestion de la crise. Tous, sauf les experts-comptables. La profession a donné beaucoup, souvent bénévolement, car nous avons peu facturé les heures supplémentaires. Pourtant, nous n'avons pas été suffisamment invités à prendre la parole. Notre profession doit se montrer, communiquer, ne pas baisser la tête.

Qu'ont appris les experts-comptables du Covid-19 et de quelle façon cette période va provoquer des évolutions dans les pratiques ?
Nous pensions que l'intelligence artificielle nous obligerait à aller plus vite vers le numérique. Mais non, c'est le coronavirus ! Avec le confinement, toutes les équipes ont été mises en télétravail. Nous présentons actuellement nos bilans en visio-conférence. Nous utilisons les procédures dématérialisées pour déposer les dossiers au greffe. On a montré aux collaborateurs que c'est possible, que ce n'est pas une question de technique mais de volonté. Je porterai lors de la campagne pour les élections au CSOEC des idées et projets forts pour développer le numérique, adapter notre offre, en développant de la comptabilité prédictive et être plus proche de nos clients. Dans le même sens, fin septembre à Marseille, nous allons lancer une formation de data scientist pour expert-comptable, en partenariat avec Le Wagon.

Jeudi à 18 h, vous allez intervenir lors d'une plénière avec Renaud Muselier. Ce sera l'occasion de parler de la relance économique ?
Ces dernières semaines, le Conseil régional de l'ordre des experts-comptables Provence-Alpes-Côte d'Azur s'est projeté sur des mesures à mettre en place afin d'accompagner cette relance. Elles seront remises à Renaud Muselier, puis détaillées le 9 juillet et envoyées au président de la République. Il s'agit de cinq mesures sur l'aide à la capitalisation des PME-TPE ; le soutien à l'investissement ; la relance de la consommation ; les entreprises en difficultés et le droit du travail. Nous, citoyens, chefs d'entreprises et consommateurs avons les clefs de cette reprise, notamment en développant des solidarités sur les territoires et en achetant local.




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer