AccueilEconomieAlain Gargani : « Les valeurs humaines avant le chiffre d’affaires »

Alain Gargani : « Les valeurs humaines avant le chiffre d’affaires »

La CPME Sud organise le 21 octobre à Avignon la deuxième édition des Trophées régionaux des entrepreneurs positifs. Alain Gargani, son président, revient sur l’importance de l’humain au cœur des entreprises.
Alain Gargani : « Les valeurs humaines avant le chiffre d’affaires »
R. Poulain - Alain Gargani est le président de la CPME Sud.

Economie Publié le , Propos recueillis par Frédéric DELMONTE

Les Nouvelles Publications : Quand sont nés les « Trophées des entrepreneurs positifs » ?
Alain Gargani : L’idée a vu le jour il y a six ans à la CPME 13. Cette volonté de mettre en avant les valeurs humaines plutôt que le chiffre d’affaires correspond bien à l’état d’esprit que nous partageons à la CPME. Et quand on y réfléchit, c’est souvent ce qui fait la différence en entreprise.
Pendant ces années, les Trophées ont mis en avant des personnalités incroyables, des entrepreneurs avec des valeurs de persévérance, de bienveillance ou d’écoresponsabilité. Et puis, en 2019, quand je suis devenu président de la CPME Sud, l’idée est venue de développer cette cérémonie au niveau régional. Toute l’équipe a été d’accord.

Quelles valeurs mettez-vous en avant lors du choix des lauréats ?
Je pense à la persévérance, car l’entrepreneur doit en avoir pour mener à bien son projet et gérer son entreprise. On l’a particulièrement vu pendant cette crise liée à la Covid-19. Il y a le courage aussi. Un entrepreneur est une femme ou un homme courageux qui traverse des tempêtes tous les jours et ne baisse pas les bras. La résilience également parce qu’un entrepreneur doit s’adapter, se réinventer pour permettre à son entreprise de se développer malgré les aléas de toutes sortes. La responsabilité fait aussi partie des mérites que nous mettons en avant. Le chef d’entreprise doit aussi faire vivre les valeurs liées à la responsabilité sociétale des entreprises ou au développement durable.

Cette crise remet-elle les valeurs et l’humain au cœur de l’entreprise ?
Oui, et c’est essentiel ! Le monde a changé et on le voit les attentes des salariés, notamment des plus jeunes. Il y a un besoin plus important qu’auparavant de donner du sens à l’entreprise et de mettre en avant des valeurs qui vont rassembler les salariés, mais aussi porter l’entreprise dans son écosystème. Les Trophées trouvent tout leur sens dans cette dynamique où la nécessité de mettre en avant des modèles positifs et de belles valeurs est plus forte. Ils vont aussi permettre de rappeler que les TPE-PME sont dynamiques, humaines et portent des valeurs qui intéressent les jeunes salariés. Beaucoup de jeunes diplômés à la sortie de l’école ne se tournent plus aussi mécaniquement vers les grands groupes, mais cherchent à rejoindre une petite entreprise, voire une entreprise artisanale. Ils ont même envie d’en créer. Le modèle de la PME est moderne.

La période est aussi aux élections consulaires : chambres de commerce et d’industrie et chambres de métiers et de l’artisanat. Vous avez fait passer un message d’unité. Etes-vous satisfaits du résultat et de la composition des listes ? 
Globalement, pour les élections aux CCI, ce message d’union a été entendu à 80 % dans l’ensemble des territoires. Même dans les Bouches-du-Rhône où cela était plus compliqué aux dernières élections, le message a été entendu et il y a une liste d’union. A Marseille notamment, nos élus ont fait le job ces dernières années. Je suis satisfait de la place de la CPME sur cette liste d’union. Ces élections sont d’autant plus importantes qu’elles arrivent après une période de forte mobilisation des chambres consulaires et des organisations syndicales patronales pour aider les entreprises et faire remonter leur voix à Paris, auprès du gouvernement. Il faut maintenant que les entrepreneurs aillent voter afin de faire passer au gouvernement un message sur l’importance d’avoir des corps consulaires forts. Les CCI représentent le pouvoir économique. Elles doivent pouvoir parler avec une voix forte afin de porter la parole des entrepreneurs et des territoires.

Listes d’union UPE 13-CPME 13-U2P : un mariage d’ambitions pour « accélérer » les CCI

Et pour les chambres de métiers et de l’artisanat ?
Autour de la liste « Fiers d’être artisans », une force artisanale et commerçante s’est mise en marche qui rassemble la Fédération régionale du bâtiment et la CPME. Nous avons réussi à réunir ces deux forces afin de donner une nouvelle dynamique aux chambres de métiers et de l’artisanat qui, à mon sens, n’ont pas suffisamment été présentes pendant cette crise. Les métiers de l’artisanat sont à la mode et correspondent à de nouvelles attentes parce qu’ils apportent du sens, de la proximité et que l’on peut y gagner sa vie en étant son propre patron.

Fiers d'être artisans : plaidoyer pour un artisanat moderne

Lire notre interview complète d'Alain Gargani dans le n°10 178 des Nouvelles Publications paru le 15 octobre 2021. Cliquez ici pour plus d'informations sur nos offres d'abonnement, à partir de 55 €/an.
Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?