Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

Les Rencontres de la finance

le - - Economie

Les Rencontres de la finance
G. Majolet - Les deuxièmes Rencontres de la finance se son déroulées à Marseille le 23 mai dernier.

Le 23 mai de 15 h à 20 h, se sont déroulées, à Marseille, les deuxièmes Rencontres de la finance. Un événement organisé par la Cefim, en partenariat avec l'AFTE (Association française des trésoriers d'entreprise), la Banque de France et la DFCG Provence (association des Directeurs financiers et de contrôle de gestion).

Pendant cinq heures, la salle des Séances du Palais de la Bourse a vibré au son de la finance. Avec au programme une après-midi dédiée au financement des entreprises. Les travaux ont commencé par une grande table ronde consacrée aux Fintech, ces start-up dont le nom vient de la contraction de « finance » et « technologie ». Trois témoins régionaux ont fait le déplacement pour présenter leur entreprise (Finexkap, Fin-Track et CashLab). Les débats étaient animés par Lilian Genevet, délégué régional de l’AFTE Provence (Association française des trésoriers d’entreprise) et vice-président finance de Bourbon.

Affacturage 2.0

Cédric Teissier, cofondateur de Finexkap, une plate-forme de financement de la trésorerie des entreprises, est venu parler de sa société et de ses outils. Sa raison d’être ? Faciliter l’accès à la trésorerie pour les TPE-PME grâce à la technologie. C’est-à-dire se différencier clairement des autres acteurs. Une belle façon de dépoussiérer l’affacturage classique et de démocratiser le financement pour les entreprises.

Il a notamment parlé de son partenariat avec Sage, qui a permis la création de Sage Clic & Cash qui propose une avance de trésorerie à rembourser sous 90 jours en contrepartie de factures clients, sans passer par une banque. La demande d’avance de trésorerie se fait directement depuis le logiciel de comptabilité Sage ou Ciel. Quarante-huit heures suffisent pour obtenir l’avance, sans caution personnelle, sans engagement.

Evaluez votre partenaire financier en quelques clics

Romain Amido, cofondateur de Fin-Track, est venu présenter sa plate-forme qui vise à fédérer les décideurs financiers. Avec un objectif : le partage d’expériences dans le secteur financier. C’est-à-dire donner leur point de vue sur tel ou tel acteur. Une information de taille alors que les acteurs traditionnels ont atteint un niveau de concentration très élevé, laissant au consommateur un pouvoir de négociation de plus en plus faible.

Le ressenti utilisateur concerne la qualité de l’outil, la nature des prestations… « Les litiges sont également évalués. Car c’est dans la tempête qu’on reconnaît un bon acteur. » La plate-forme est encore en autofinancement. Elle est à la recherche de nouveaux utilisateurs pour augmenter les membres de la communauté. Pour Romain Amido, pas de doute, « cet outil est important également pour les banques et les factors*, pour qu’ils se remettent en question, si besoin. Cela peut leur permettre d’améliorer leurs process, produits, services. Ils n’ont pas toujours accès à un retour client car il s’agit de structures avec une taille très importante. »

Boîte à ou​tils pour une bonne prévision de la trésorerie

Quant à la société CashLab, elle propose d’accompagner les entreprises dans la définition et la conduite de leur stratégie financière. Objectif affiché : permettre aux entrepreneurs de prendre en main le pilotage de leur cash (de la détection du besoin de financement à la recherche de la solution adéquate). La société dont le directeur général est Laurent Marcellin, propose plusieurs outils.

Tout d’abord, CashView, un logiciel en mode SaaS** qui vise à anticiper : générer les outils de reporting*** pour prendre le contrôle du pilotage du cash et de la communication financière, réaliser des prévisions de trésoreries à moyen/long terme et les mettre à jour rapidement, modifier ses hypothèses pour réaliser des simulations et parer à toute éventualité.

CashFunds est quant à lui dédié aux besoins de financement. L’outil propose un questionnaire simple pour identifier la solution de financement adaptée. Puis un large éventail de solutions pour répondre à tous les besoins via un accompagnement réalisé par des partenaires de confiance.

Enfin, CashLab Advisory doit permettre de piloter son cash. « Après avoir établi votre stratégie financière, nous vous aiderons à mettre en place les KPI [Key Performance Indicators, c’est-à-dire indicateurs clés de performance, NDLR] les plus pertinents. Quels que soient vos objectifs, qu’ils soient quantitatifs ou qualitatifs, nous vous donnerons les outils pour mesurer votre progression vers leur réalisation », précise la société qui entend être au plus près des opérationnels, pour les accompagner dans la conduite du changement.

Sea TPI, un témoin local

Autre temps fort de la journée, la table ronde dédiée aux financements des TPE-PME. Avec trois parties : création, croissance et rentabilité, développement. Et un acteur régional : Philippe Pelfort, CEO**** de la société Sea TPI dont le métier est créateur et animateur de centres de services IT (Information Technology, c’est-à-dire technologies de l’information). La structure, basée à La Ciotat, pèse 16,7 M€ de chiffre d’affaires  et recense 230 collaborateurs pour assurer 24 h/24 et 7 j/7 la continuité des systèmes informatiques.

Au moment de la création de l’entreprise, raconte Philippe Pelfort, « le réflexe financier, qui n’est pas inné, est arrivé assez vite. Nous avions besoin de trésorerie et nous nous sommes tournés vers les financements traditionnels. Et très vite après vers l’affacturage. Ce n’est qu’après que nous avons découvert tous les financements possibles sur le bas et haut de bilan. » Arnaud Latrace, senior manager chez KPMG, le reconnaît, « nous ne comprenons jamais à 100 % le métier de nos clients mais nous regardons où est le cash, où sont les besoins en la matière. Le financier souhaite entendre une histoire cohérente avec des données qui évoluent. » Même écho du côté de Philippe Pelfort, « le financement des entreprises passe beaucoup par l’humain. Même s’il faut convaincre par des données chiffrées. Pour notre part, il s’agissait d’un marché neuf et nous avons beaucoup œuvré pour convaincre. »

Concrètement, comme le souligne Sauveur Cascone de la Banque populaire Méditerranée, « il faut d’abord comprendre ce que le chef d’entreprise va faire avec son entreprise, puis s’intéresser à la maturité du chef d’entreprise pour anticiper s’il est ou non capable de porter son projet jusqu’au bout. Enfin, il faut regarder si le marché est réceptif au concept porté par la société. » Pour séduire et aller dans la bonne direction, les conseils d’un directeur administratif et financier (DAF) sont les bienvenus. « Il vous aide à définir les grands équilibres économiques. Il vous conseille pour vous mettre à la place du banquier face à votre dossier. Il vous donne des idées pour que votre histoire soit cohérente. Il vous protège d’un risque de spoliation », résume Jean-Pierre Marduel, DAF à temps partagé, fondateur d’Aevoli, cabinet de conseil en finance/gestion d’entreprise.

En phase de croissance, les besoins en financement sont également présents. « Nous annoncions autant de chiffre d’affaires que de pertes ! Nous avions donc besoin de nous appuyer sur des investisseurs spécialisés dans le capital-risque. Ils nous ont aidés à nous restructurer, avec l’appui du DAF », se souvient Philippe Pelfort. Et autant être honnête face à ces acteurs : « le chef d’entreprise ne doit pas rester seul quand il rencontre des difficultés, il doit en parler. Lorsque les relations sont bonnes et fréquentes, on peut anticiper les problèmes. Il ne faut pas s’affoler », estime Sauveur Cascone.

En phase de développement, notamment avec le déploiement vers l’international, il convient de bien réfléchir afin de mettre en place une nouvelle structuration de l’entreprise pour affronter cette nouvelle mission. Le chef d’entreprise lors de cette phase peut se tourner notamment vers le crédit impôt recherche et Bpifrance. La chaîne de financement est longue et bien équipée. Il convient de parler aux bonnes personnes, aux bons moments.
A noter que les 2es Rencontres de la finance ont également proposé un panorama sur les financements complémentaires des ETI (Entreprises de taille intermédiaire) : financement moyen terme avec les placements privés (Euro PP) et financement court terme avec la réforme du marché Negotiable European Commercial Paper (NEU CP). La possibilité d’entrer en Bourse a aussi été étudiée, en fin de journée.

* Sociétés d’affacturage.
** Software as a Service, littéralement logiciel en tant que service. Il s’agit d’un service en ligne proposé au client.
*** Le terme reporting désigne une famille d’outils de business intelligence destinés à assurer la réalisation, la publication et la diffusion de rapports d’activité selon un format prédéterminé.
**** Chief of Executive Officer, c’est-à-dire directeur général.




Esther Griffe
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer