AccueilImmobilierLes promoteurs de Provence en appellent à un Grenelle du logement

Les promoteurs de Provence en appellent à un Grenelle du logement

Lors de sa soirée de fin d'année, la Fédération des promoteurs immobiliers de Provence, présidée par Stéphane Perez, a annoncé sa volonté d'organiser un Grenelle du logement et de l'habitat avant l'été 2019.
Les promoteurs de Provence en appellent à un Grenelle du logement
D.R. - Stéphane Perez, président de la FPI Provence

Immobilier Publié le ,

Pour les promoteurs et les acteurs du logement, il y a incontestablement un avant et un après 5 novembre 2018. « Les moments dramatiques que Marseille a connus ne peuvent et ne doivent pas être occultés », a affirmé Stéphane Perez, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) de Provence, lors de la soirée de fin d'année de l'organisation. A cette occasion, la FPI Provence a également appelé à l'organisation d'un Grenelle du logement et de l'habitat, en complément des assises du logement sur l'habitat dégradé souhaitées par la métropole.

Ce rendez-vous organisé avant l'été 2019 rassemblera tous les acteurs liés à la politique du logement, à savoir professionnels, élus, universitaires, administratifs et même des représentants des habitants. « Construire plus, mieux, autrement, gagner en fluidité accélérer le rythme pour répondre aux besoins » : tel est l'objectif assigné par les promoteurs. « Il s'agira plus de trouver des méthodes opérationnelles, efficaces, pragmatiques que de mettre en place des politiques à long terme », explique Stéphane Perez. L'objectif est aussi de remédier à une situation où le sentiment de subir prédomine.


Lire aussi : Marché immobilier provençal : la relance jusqu'à quand ?


En effet, 2018 aura été pour les promoteurs une année décevante. Au cours des douze derniers mois, les réservations ont régressé de 16% par rapport à 2017. Les prix sont restés stables pour se fixer à 4 200€ le m2, hors parking. Les mises en vente ont reculé de 23% depuis le début de l'année. Les réservations ont, quant à elles, chuté de 30%. « Sur Marseille, les chiffres flirtent, en termes de mises en vente comme de réservation, avec les -50% sur les deux derniers trimestres », a confié Stéphane Perez. Les années qui viennent offrent, à son sens, peu de raisons de cultiver l'optimisme : ralentissement de la demande sur le segment de l'investissement Pinel, difficultés à obtenir des permis de construire, recours toujours aussi nombreux, climat social agité en dépit de quelques articles de la loi Elan, notamment ceux liés aux recours abusifs qui pourraient susciter des raisons d'espérer.

Les propositions de la FPI

Pourtant, la FPI apporte des propositions techniques, des « boosters à la production », comme l'élargissement des zones où s'appliquent les abattements sur les plus-values réalisées lors de cession de fonciers, l'assouplissement des règles de sorties de la zone B2 du dispositif Pinel, la réouverture du Pinel en zone B2 et C pour la rénovation, la réhabilitation et la transformation de logements. Ces propositions comportent également la prolongation du Censi-Bouvard sans lequel l'objectif de 60 000 nouveaux logements étudiants ne sera jamais atteint, la simplification des documents d'urbanisme et des normes ou encore le développement du logement intermédiaire en accession (TVA 10%).

Pour Stéphane Perez, la solution à la mise en œuvre d'une politique de logement plus efficace, plus réactive et mieux adaptée au territoire réside dans le partenariat. Le constat est pour lui édifiant : chacun défendant son pré carré invite à construire chez le voisin. Les appels à projets comportent des clauses surréalistes. Comment l'efficacité peut-elle être au rendez-vous ? C'est notamment à ces questions que le Grenelle pourrait apporter des réponses.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?