AccueilDroit et ChiffreLes professionnels du chiffre et du conseil se réinventent à Marseille

TEMOIGNAGES Les professionnels du chiffre et du conseil se réinventent à Marseille

250 experts comptables et commissaires aux comptes sont en congrès à Marseille pour réfléchir aux évolutions de la profession face au numérique, au télétravail, au management et à la Covid.
Les professionnels du chiffre et du conseil se réinventent à Marseille
D.R. - Le congrès national du syndicat ECF se tient à Marseille les 20 et 21 septembre.

Droit et Chiffre Publié le ,

Dans les cabinets d’experts-comptables et de commissaires aux comptes, le comptable avec sa calculatrice est remplacé par le « data analyst ». Comme beaucoup d’autres professions, les métiers du conseil et chiffre se transforment et se trouvent à un tournant de leur évolution. La Covid-19 a accéléré un certain nombre de tendances, comme l’utilisation du numérique, le besoin de conseils des clients ou le besoin d’employer un management différent au sein des cabinets. Ces mutations sont encore rattrapées par l’arrivée d’une nouvelle génération de collaborateurs, aux attentes et méthodes professionnelles différentes. Alors que ces sujets vont être abordés lors du congrès national du syndicat ECF, qui se tient à Marseille les 20 et 21 septembre, nous avons demandé à des représentants de la profession ce qu’ils attendent de ce rendez-vous et comment ils voient leur métier évoluer.

  • Lionel Canesi, président du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables : « Le numérique ne va pas remplacer notre profession »

« C’est le premier congrès de la profession depuis le confinement pendant lequel nous allons pouvoir nous retrouver physiquement. Il se présente donc comme un moment d’échanges importants. Je vais l’aborder comme un militant de base de mon syndicat. Je vais y aller également avec l’intention de rencontrer les confrères et de discuter avec eux sur l’orientation à donner pour la suite de mon mandat. Le congrès s’annonce aussi important par ses thèmes : l’humain et le numérique, qui avaient été choisis avant la Covid-19. En ce sens, la profession était visionnaire. Parce que, ces derniers mois, le numérique a pris une place importante dans notre société en général, mais aussi dans le fonctionnement de nos cabinets. Le numérique ne va pas remplacer notre profession, mais l’augmenter en permettant aux experts-comptables de proposer à leurs clients des analyses et des conseils encore plus pointus. C’est aussi un axe fort de ma présidence, avec le développement d’un fonds pour aider la profession à s’emparer du sujet. »

Lionel Canesi : "Le Gouvernement a compris que les experts-comptables sont la porte d’entrée des TPE et PME"

  • Colette Weizman, présidente du Conseil régional de l’ordre des experts-comptables Provence-Alpes-Côte d’Azur : « Il est important de penser au bien-être au travail »

« J’attends de ce congrès que mes confrères sortent enfin de leur bureau après une période fiscale qui a été complexe, avec très peu de convivialité, car elle s’est déroulée derrière les ordinateurs, en visio ou par téléphone. On va se retrouver et ce moment de vie est important pour la profession. Ce sera aussi un moment d’échanges et de formation, à travers des ateliers, comme celui sur le management plus épanouissant et performant auquel je participe. Alors que la profession recrute et cherche de nouveaux talents, il est essentiel de répondre aux attentes de nos futurs collaborateurs. Dans les entretiens d’embauche, la question du salaire n’est plus primordiale. Celle du bien-être au travail, de l’esprit d’équipe ou de l’intérêt du poste passent en premier. J’estime que ces thèmes sont importants, surtout que nous faisons des métiers stressants. On passe beaucoup de temps derrière un ordinateur, en voiture pour aller voir les clients. Il est donc important de faire du sport et de penser aux questions de bien-être au travail. »

Colette Weizman : "Nous attendons avec impatience la prise en compte de l’étalement de la dette Covid"

  • Jean-Pierre Patou, président de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes d’Aix-Bastia : « Encourager l’implication de la profession dans la sortie de crise » 

« Depuis dix-huit mois et le début de cette crise sanitaire, la quasi-totalité de nos rassemblements ou réunions a été organisée en visioconférences. C’est donc en cette année 2021, le premier congrès national de la profession qu’il ne faut pas manquer car il nous permet de nous rencontrer réellement et physiquement ! Il se tient chez nous en Méditerranée et annonce bien la couleur de l’horizon qui nous est proposé, en mettant au centre des débats "l’humain et le numérique". Entouré des élus mobilisés pour cet événement majeur pour l’avenir de la profession, je souhaite rencontrer les consœurs et les confrères qui auront fait le déplacement. Je souhaite mettre en lumière le rôle du commissaire aux comptes dans la dynamique de relance, et encourager l’implication de la profession dans la sortie de crise et l’accompagnement de la reprise économique, en particulier dans le cadre de la mission "prévention et relation de confiance". Je souhaite que ce congrès impulse une nouvelle dynamique de projet au sein de nos organisations, et espère apercevoir des sourires confiants dans les regards croisés. »

Jean-Pierre Patou : « Les jeunes doivent pouvoir dire qu'ils sont fiers d'être commissaires aux comptes »

  • Farouk Boulbahri, coprésident de la commission de développement du Conseil national des commissaires aux comptes : « La crise de la Covid a fait gagner cinq ans à la profession »

« C’est le congrès du rebond et de la relance. Le premier en présentiel depuis le confinement. Il est très attendu par la profession qui a hâte de se retrouver. Ce moment est attendu après la période que nous venons de passer. Il va être utile en permettant à la profession de réfléchir et de repenser son modèle, dans une période complexe, marquée par des évolutions technologiques, des attentes différentes de nos collaborateurs et le besoin des entrepreneurs d’être encore mieux accompagnés. Comment est-ce que l’on manage ses équipes avec le télétravail ? Comment est-ce que l’on recrute de nouveaux talents, avec des profils de data-analyst et plus de comptable ? Toutes ces questions, on va se les poser. La crise de la Covid a fait gagner cinq ans à la profession dans l’utilisation du numérique. Et ce phénomène va encore s’accélérer avec l’arrivée de la facturation électronique, ou les questions de sécurité financière. »

Farouk Boulbahri : « Un label pour certifier la fiabilité financière des entreprises »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?