Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

cefim Les opportunités du green business

le - - Finance

Les opportunités du green business
G. Majolet - Deux experts, un investisseur et une entrepreneuse ont décrypté les opportunités offertes par le green business et la finance durable.

La deuxième table ronde des Rencontres de la finance était également au cœur de l'actualité en s'intéressant à la finance durable, un secteur en pleine évolution.

Marie-Hélène Pebayle, de la DFCG* Provence, a mis en avant le timing parfait de cet événement : « La Commission européenne a publié, le 24 mai, les premiers textes visant à transformer en profondeur les pratiques financières au sein de l'Union, avec l'objectif affiché de lutter contre le changement climatique et de mettre les capitaux au service des objectifs environnementaux européens. »

Pour parler de ce thème, deux experts, un investisseur et une entrepreneuse ont ainsi été invités. Philippe Givry, professeur de finance à Kedge Business School, a parlé de l'engouement de ses élèves pour la finance durable, désormais au programme des différentes formations financières. Grégoire Cousté, secrétaire général du Forum pour l'investissement responsable, est venu témoigner des travaux et actions de son association. Pierre-Marie Sachot, senior manager chez HSBC, a expliqué que sa banque, à l'occasion de la COP 23**, a décidé de réorienter 100 milliards de dollars vers le développement durable d'ici 2025. Et Agnès Tixier, directrice administrative et financière d'Ideol, à La Ciotat, a raconté l'aventure d'une entreprise 100 % tournée vers les énergies renouvelables puisqu'elle construit de l'éolien flottant.

ISR, ESG, finance verte

Comme le rappelle Grégoire Cousté, « en matière d'investissement responsable, les termes sont très jargonneux et les tendances évoluent vite ». Il y a par exemple l'ISR (Investissement socialement responsable) qui consiste à intégrer de façon systématique et traçable des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance à la gestion financière. Les pays anglo-saxons préfèrent utiliser le terme ESG en cas de labellisation de produit financier d'après des critères ESG (Environnementaux, sociaux et de gouvernance). Il y a aussi la finance verte qui rassemble l'ensemble des opérations financières ayant pour finalité de favoriser la transition énergétique et de lutter contre le réchauffement climatique. Des termes que les banquiers et investisseurs ont l'habitude d'utiliser au quotidien. « Le devoir de vigilance en la matière concerne tout le monde. Même si les pure players sont rares », précise ainsi Pierre-Marie Sachot.

Le cas d'Ideol, qui a dans ses gênes la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises), est assez rare. D'autant plus qu'il n'y a pas que l'éolien qui l'intéresse. A titre d'exemple, la société privilégie les fabricants locaux pour la fourniture des principaux composants (chaînes d'ancrage, connecteurs, pièces forgées, ancres, pièce de transition à l'interface entre la fondation et l'éolienne…), avec, à la clé, la mobilisation de nombreux emplois indirects. Ideol est aussi très sensible au bien-être de ses salariés et au bénévolat.

Les écueils

Mais si le green business et la finance durable permettent de créer de sérieuses opportunités, il convient d'éviter certains écueils. Pierre-Marie Sachot conseille ainsi d'être prudent et méthodique en matière de green business. « Il faut éviter le green washing. » Cela consiste pour une entreprise à orienter ses actions marketing et sa communication vers un positionnement écologique afin de redorer son image. De son côté, Grégoire Cousté précise que « le principal frein actuellement au développement de l'investissement responsable est le grand public. Les produits existent et normalement, les épargnants sont sensibles à ce genre de sujet. Il faut les toucher et leur proposer. »

La France peut être fière d'elle en matière d'investissement responsable. Parmi les initiatives mises en place, l'article 173 de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (2015) qui a notamment instauré des obligations d'information pour les investisseurs institutionnels sur leur gestion des risques liés au climat, et plus largement l'intégration de paramètres environnementaux et sociaux dans leur politique d'investissement.

* Association nationale des Directeurs financiers et de contrôle de gestion.
** La 23e Conférences of parties (COP), Conférence des parties en français, est la conférence annuelle de Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques qui s'est tenue à Bonn (Allemagne) en novembre 2017.




Caroline Dupuy
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Nouvelles Publications Journal d'annonces légales et d'informations économiques et juridiques pour le département des Bouches-du-Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer