AccueilEconomieLes machines à coudre de Provence : de fil en aiguille...

Les machines à coudre de Provence : de fil en aiguille...

Véronique Nikodem, la gérante de la boutique Les machines à coudre de Provence à Gardanne, annonce des nouveautés. Deux ans après avoir racheté les lieux, elle innove et surfe sur le renouveau de la couture.
Les machines à coudre de Provence : de fil en aiguille...
D.R. - Véronique Nikodem a racheté l'entreprise il y a deux ans alors qu'elle était dans le métier depuis 1991.

Economie Publié le ,

C’est une petite révolution qu’est en train de vivre la boutique Les machines à coudre de Provence. L’entreprise qui vend et répare des machines à coudre neuves et d’occasion, ainsi que du matériel de repassage, s’agrandit et propose de nouveaux services. « Nous avons récupéré un local à côté du nôtre. Cela nous permet de doubler notre surface », explique Véronique Nikodem, la patronne des lieux. Courant mai, un showroom va être installé. Il permettra de présenter du matériel industriel alors que jusqu’à présent, seul le matériel familial était visible.

L’endroit, qui se situe en plein centre-ville de Gardanne, est bien connu des spécialistes avec plus de 35 ans d’existence. Véronique Nikodem a racheté l’entreprise il y a deux ans alors qu’elle était dans le métier depuis 1991. On comprend pourquoi elle et son salarié technicien ne cessent de la développer. Autre nouveauté à noter : des cours de couture et de crochet vont être organisés du mardi au samedi tous les matins et après-midi. Le public visé ? « Tous les âges et tous les niveaux. »

Renouveau de la couture

La société surfe notamment sur le renouveau de la couture suite à la programmation de plusieurs émissions sur le sujet. « A titre d’exemple, nos clientes souhaitent réaliser des sacs ou des petits hauts pour des enfants, mais aussi des doudous. » La boutique propose aussi du matériel de mercerie. Que vous soyez un professionnel (industriel) ou un particulier passionné de tricot, vous pourrez trouver dans le magasin des laines de Bergère de France, des aiguilles, tout le nécessaire de mercerie et du matériel pour des loisirs créatifs.

Pour cette passionnée, pas de doute : « Il y a un véritable marché. Nous travaillons notamment avec la télévision et les producteurs de séries, avec des écoles de mode mais aussi avec des Esat [Etablissement et service d’aide par le travail, NDLR]. »

Pour suivre toutes les nouveautés, une page Facebook a été créée. Avec des messages et photos publiés plusieurs fois par semaine.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?