AccueilEconomieLes fleurs de Bach au cœur du savoir-faire du laboratoire Mint-e

Les fleurs de Bach au cœur du savoir-faire du laboratoire Mint-e

Astrophysicien, ingénieur, conférencier et naturopathe, Patrick Martini crée il y a vingt ans son laboratoire, installé à Roquefort-la-Bédoule. Mint-e vient de sortir sa première gamme de cosmétiques. L'occasion pour nous d'en savoir plus sur le parcours et les projets de Patrick Martini, à commencer par la création prochaine d'une coopérative à Névache, dans les Hautes-Alpes.
Les fleurs de Bach au cœur du savoir-faire du laboratoire Mint-e
D.R. - Patrick Martini prend la pose au milieu d'un champ d'edelweiss à Névache (05), une plante utilisée dans sa nouvelle gamme One cosmetics

Economie Publié le , par

Avant de créer le laboratoire Mint-e en 2003, Patrick Martini s'est partagé entre la France et les Etats-Unis, où il a notamment travaillé 20 ans pour la Silicone Valley. Cet ingénieur astrophysicien a toujours été passionné par les plantes. « Je suis né à Marseille, où je vis encore, mais j'ai découvert les plantes et leurs secrets à Névache [un petit village des Hautes-Alpes, ndlr], d'où ma famille est originaire ».

La création du laboratoire

Passionné de haute-montagne et habitué des camps de base de l'Everest, Patrick Martini était toujours responsable, dans son groupe d'alpinistes, de la trousse à pharmacie. « Pour faire court, l'idée de créer mon laboratoire est venu simplement, parce que je devais réduire au maximum le poids de notre trousse de secours », explique le fondateur de Mint-e. « En haute-montagne, chaque kilo compte. Avec mes compétences, j'ai eu envie de créer un gel réparateur multi-usages pour les traumatismes. Tout est parti de là et notre premier produit, le gel Z-trauma reste notre produit leader. L'an dernier, nous avons dépassé le million de ventes et il a été élu "meilleur gel de première urgence" en Angleterre ». Le laboratoire affiche un chiffre d'affaires solide et compte dépasser cette année le million d'euros.

Les produits

A la base, Mint-e développe des produits qui associent phytothérapie, fleurs de Bach (des élixirs floraux créés par le docteur Bach au XIXe siècle) et dilution homéo compatibles, pour une action globale sur la santé et le bien-être. Toutes les plantes utilisées sont issues de l'agriculture biologique et récoltées en Provence et en Ardèche. La fabrication est également réalisée dans ces deux régions, avec des matières recyclables et aucun test sur animaux.

La dernière innovation de Mint-e a pour nom One cosmetics. Une gamme pour l'instant encore minimaliste, composée d'un lait démaquillant, d'une crème et d'un complément alimentaire.

« Il nous a fallu cinq ans de R&D et un financement collaboratif pour lancer ces trois premiers produits. Intégrer les fleurs de Bach dans des cosmétiques reste une vraie prouesse technologique », nous dit-il.

« Notre crème, par exemple, intègre aussi un voile végétal solaire naturel, qui n'a rien à voir avec les crèmes SPF qui utilisent des particules métalliques pour réfléchir les rayons du soleil ». Dans les prochains mois, d'autres produis sont à venir, pour le corps et les cheveux, « mais la crise sanitaire freine pour l'instant notre visibilité de développement ».

Un projet inclusif

Patrick Martini nous a parlé également d'un projet qui lui tient particulièrement à cœur : créer une coopérative collaborative à Névache, afin d'être en circuit court pour le traitement des plantes récoltées dans la vallée. « Je suis en train de monter le projet avec la mairie. Un vrai besoin existe, tant pour les agriculteurs installés que pour l'attractivité du territoire, car une telle implantation pourrait séduire les plus jeunes pour venir s'y installer ». Une idée complètement dans l'air du temps, compte tenu de l'engouement du grand public pour les produits naturels. Patrick Martini reçoit d'ailleurs chaque semaine des patients à son laboratoire pour des consultations en « naturopathie hygiéniste ». « Pour aller mieux, il faut une bonne hygiène de vie, c'est fondamental. A ceux qui veulent mincir, je leur parle d'abord de santé ».

Ce boulimique de travail, également consultant pour de grandes marques de cosmétiques, ne manque donc pas de projets pour demain, mais sait aussi prendre du temps pour lui dans ses montagnes des Hautes-Alpes, là où tout a commencé...

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?