AccueilEconomieLes Candides joaillerie sauvage, diamant brut

Les Candides joaillerie sauvage, diamant brut

La Marseillaise Romane Petrosino vient de créer à 23 ans sa marque de bijoux, Les Candides joaillerie sauvage. L'ADN de la marque ? Décliner le diamant brut de différentes façons et le marier avec de l'or et des pierres précieuses ou semi-précieuses.
Les Candides joaillerie sauvage, diamant brut
D.R. - Romane Petrosino a fait du diamant brut sa signature.

Economie Publié le ,

Les Nouvelles Publications : Quel est votre parcours ?
Romane
Petrosino
: Après mon bac, je me suis essayée au droit sans accrocher, puis je partie jeune fille au pair en Espagne. A mon retour, j’ai suivi un BTS communication, puis une licence commerce et finances, le tout en alternance. C’était important pour moi d’avoir pendant mes études un pied dans le monde de l’entreprise, car très jeune, j’ai su que je voulais créer mon activité. Après ma licence, je me suis spécialisée, mais cette fois pas en alternance, dans le e-commerce via un master. Mes horaires plus allégés m’ont permis de créer ma première marque dès 2013, baptisée Les Candides.

Quelle est la différence avec votre marque actuelle ?
Les Candides était une marque de bijoux fantaisie, pour laquelle je réalisais uniquement de l’assemblage de pièces. J’étais référencée dans de jolies adresses, comme Yaël, ou Fanette, mais j’ai voulu changer d’univers et travailler l’or et les pierres.

Comment s’est passée la transition ?
Une fois que j’ai eu l’idée d’utiliser le diamant brut et de le monter sur bague, collier et bracelet, j’ai décidé de tester mon projet sur le site de crowdfunding KissKissBankBank.

Quelle somme avez-vous demandé ?
J’ai fait une levée de fonds de seulement 2 500 €, plus pour valider mon projet que pour réunir des fonds que j’aurais pu sans doute réunir en économisant, ou en faisant participer mes proches. Je me suis donné deux mois et mon idée a été validée par les internautes ! Nous étions alors début mars et je m’étais donné comme deadline pour le lancement, le mois de juin. Autant vous dire que ça a été sportif pour tenir les délais, mais ça a fonctionné. J’ai présenté ma collection dans un showroom, rue Breteuil à Marseille, et tout est parti de là.

La suite de cette interview est à lire dans le numéro 9918 des Nouvelles Publications (parution le 21/10/2016). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 55€/an).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?