AccueilOxygèneLe regard et la lumière du Marseillais Philippe Echaroux éclairent le pays des Ecrins

Le regard et la lumière du Marseillais Philippe Echaroux éclairent le pays des Ecrins

Philippe Echaroux, le célèbre photographe marseillais qui a fait le tour de la planète avec son street art 2.0, réalise cet été des projections lumineuses pour mettre en avant l’alpinisme dans sept villages du pays des Ecrins.
Les portraits sont projetés sur les façades ou les feuilles des arbres des villages du pays des Ecrins.
Soline Morattel - Les portraits sont projetés sur les façades ou les feuilles des arbres des villages du pays des Ecrins.

Oxygène Publié le ,

A la nuit tombée, cet été, sept villages du pays des Ecrins vont se transformer en galerie artistique à ciel ouvert. Philippe Echaroux, le célèbre photographe marseillais, va y projeter « Lumière sur les villages d’alpinisme des Ecrins », une série de portraits de guides, gardiens de refuge, alpinistes ou secouristes de ces montagnes.

L’évènement est à découvrir jusqu’au 30 septembre. Les images seront projetées sur les façades des maisons, des églises, ou les feuilles des arbres de Villar-d’Arène (Hautes-Alpes), du hameau du Casset au Monêtier-les-Bains (Hautes-Alpes), à Vallouise-Pelvoux (Hautes-Alpes) et son hameau Ailefroide, à La Chapelle-en-Valgaudemar (Hautes-Alpes), au Désert-en-Valjouffrey (Isère) ou encore à Saint-Christophe-en-Oisans (Isère). L’évènement est gratuit.

De la mer de Glace à la Meije

Après « Ice Scream », du street art sur la mer de Glace à Chamonix (Haute-Savoie) pour dénoncer le réchauffement climatique, Philippe Echaroux revient en montagne, à ses premiers amours. « J’ai découvert l’escalade à 16 ans », écrit-il dans « Philippe Echaroux », le livre de photos édité chez In Fine en 2020 avec le soutien de Crowe Ficorec. « Je suis revenu à mes sources, dans cette région que j’ai beaucoup explorée », ajoute-t-il.


Ce portraitiste s’est fait connaître à travers des images de sports et de sports de montagne notamment, avant de s’illustrer dans le portrait, puis d’inventer un concept artistique novateur : le street art 2.0. Cette mise en lumière des habitants de ces hautes vallées est une façon de valoriser la pratique de l’alpinisme, inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco depuis fin 2019. Philippe Echaroux est aussi un défenseur de l’environnement. En Amazonie, il a projeté ses photos sur des arbres pour dénoncer leur abattage.

Créer des liens entre touristes et montagnards

Avec cette nouvelle exposition dans les Hautes-Alpes et l’Isère, Philippe Echaroux espère « créer encore plus de lien entre les touristes de l’été et les habitants de ces villages d’alpinisme ».

« Si nous attirons la curiosité avec ces œuvres disséminées dans les villages, elles serviront de support à la rencontre et aux échanges. »

Le photographe marseillais met en lumière ces acteurs des hautes vallées qui entendent « réenchanter leurs villages, promouvoir un alpinisme authentique et respectueux, transmettre la tradition aux nouvelles générations». Ces derniers ont été sélectionnés avec l’aide de l’Agence de développement des Hautes-Alpes.

Avec cette exposition Philippe Echaroux rappelle qu’il est un formidable portraitiste. « Si on met tous les portraits à côté, ça doit être une espèce de portait de la vallée. C’est l’idée en tout cas ! », résume-t-il.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 26 septembre 2022

Journal du26 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?