AccueilEconomieLe port du futur se dessine avec le Smart Port Challenge

Le port du futur se dessine avec le Smart Port Challenge

Les start-up retenues dans le cadre de ce challenge de co-innovation vont désormais collaborer avec les grands groupes ou institutionnels pour répondre à leur problématique.
Le port du futur se dessine avec le Smart Port Challenge
F. Delmonte - Si les défis sont propres à chaque entreprise tous répondent finalement à une même problématique : comment innover pour rendre le port plus propre, plus intelligent et plus ouvert sur son territoire.

Economie Publié le ,

Les lauréats du Smart Port Challenge ont désormais quatre mois pour contribuer à créer « un port vert au service d’une économie bleue », comme aime le formuler Stéphane Reiche, délégué général du Port de Marseille Fos. Ce lundi 19 juillet, étaient présentés les candidats sélectionnés pour participer à ce concours de co-innovation, initié par la Chambre de commerce et d’industrie Aix-Marseille Provence, le Port et Aix-Marseille Université. Le principe ? Associer grands groupes et institutionnels, porteurs de défis, à des start-up ou PME innovantes qui peuvent les aider à les relever.

Si les défis sont propres à chaque entreprise, et vont de la valorisation de déchets organiques au développement d’un système de fermeture nomade et intelligent, tous répondent finalement à une même problématique : comment innover pour rendre le port plus propre, plus intelligent et plus ouvert sur son territoire.

Après la présentation des neufs défis en mai dernier, 29 dossiers de candidature ont été présentés – contre 57 en 2020. Et neuf start-up ont finalement été retenues pour les relever. Seule la CMA CGM n’a pas trouvé de partenaire pour l’accompagner dans sa problématique, à savoir verdir le GNL et établir une filière méthane en cycle court. Cependant, des discussions ont été engagées avec une entreprise issue de ce sourcing pour collaborer sur un autre thème, l’hydrogène.

L’épreuve de la réalité

D’ici fin novembre, date à laquelle les solutions finales seront présentées, c’est donc en binôme et accompagnées d’experts de Kedge Business School, partenaire de l’événement cette année, que les start-up mettront leurs innovations à l’épreuve de la réalité.

Farwind Energy, spécialiste de l’éolien en mer mobile, travaillera donc avec EDF pour la valorisation énergétique de la digue du Large. Veolia a retenu un duo, Bee & Co et Synchronicity, pour la question de la valorisation des déchets des croisiéristes. L’agence de communication Logiq Digital, qui a dessiné un outil permettant de vérifier l’impact environnemental de ses activités, collaborera avec Interxion. Hammerson a choisi Deki, jeune plateforme marseillaise de logistique urbaine décarbonnée, pour l’accompagner. « Nous testons notre solution depuis début avril avec Maison Ferroni. Nous avons transporté trois tonnes de marchandise sans émettre de gaz à effet de serre », souligne Béatrice Leduby, sa fondatrice.

Ineo-Sens sera le partenaire de NGE Connect, Edikom de la ville de Marseille et GuideMeCity (déjà sélectionné en 2019) du groupement associant le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Provence tourisme et le Club de la croisière. Quant au port de Marseille Fos et l’UMF (Union maritime fluviale), leur choix s’est porté sur Wixar dont le credo est notamment de faciliter l’accès à la réalité virtuelle pour le recrutement et la formation. « Notre problématique est de faire arriver les jeunes. Nous n’avions donc pas seulement besoin d’un outil de recherche d’emploi mais qui aide aussi à mieux vulgariser nos métiers », indique Elodie Bardin, cheffe du département Formation et Développement RH au Grand port maritime de Marseille. Challenge accepté.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?