AccueilEconomie« Le parrainage est adapté à la situation des diplômés issus des quartiers prioritaires »

« Le parrainage est adapté à la situation des diplômés issus des quartiers prioritaires »

L'Association pour l'emploi des cadres (Apec) Paca-Corse a lancé l'opération de parrainage « Sésame Jeunes Talents » pour aider les jeunes diplômés des quartiers prioritaires à trouver un emploi à la hauteur de leurs études. Pour cette première édition, 30 parrains ont accepté d'accompagner 30 jeunes. Interview de Bruno Jonchier, le délégué territorial de l'Apec Paca-Corse.
« Le parrainage est adapté à la situation des diplômés issus des quartiers prioritaires »
D.R. - Bruno Jonchier est délégué territorial de l'Apec Paca-Corse

Economie Publié le ,

Les Nouvelles Publications : Parlez-nous de ces jeunes et des barrières qu’ils rencontrent dans leurs recherches d’emploi ?
Bruno
Jonchier
: Ce sont des jeunes qui ont le mérite d’avoir déployé des efforts importants pour réussir à décrocher un diplôme. Peut-être plus que des jeunes issus de quartiers plus bourgeois. Ils veulent réussir, mais ils sont stoppés par l’image du quartier d’où ils viennent et par leur manque de réseau.

C’est la double peine pour eux : ils font des efforts, des études, mais n’ont rien en retour. Ce n’est pas un bon exemple pour les autres jeunes du quartier…
Non. Dans le quartier, les autres jeunes se disent à quoi bon faire des études… Il faut avoir en tête qu’habiter dans un quartier prioritaire est discriminant. Ces jeunes sont trois fois plus touchés par le chômage que d’autres jeunes diplômés. Cela doit nous interroger.

Indiquer son adresse, quand on habite un quartier qui a mauvaise presse, et ne pas avoir de réseau : comment on dépasse ces deux gros handicaps ?
Le réseau, ou l’absence de réseau, est un vrai sujet pour ces jeunes. C’est pour cette raison que l’Apec Paca-Corse a lancé cette opération de parrainage. C’est une première en France pour l’Apec.

Le parrainage est un « outil » d’avenir pour aider les jeunes diplômés ?
Il est complètement adapté à la situation des jeunes diplômés issus des quartiers prioritaires. Ces derniers souffrent d’un manque de réseau. Leur parrain leur ouvre en quelque sorte son réseau. En étant parrainés, ces jeunes surmontent la barrière du CV et font ainsi valoir leur talent.

Est-ce que les parrains ont accepté facilement de jouer le jeu ?
Ils ont été faciles à convaincre. Il s’agit de personnes que je connais, qui me font confiance et qui connaissent l’Apec et ses services.

Et les jeunes parrainés ?
C’est vrai que dans ce type d’opération, certains peuvent se poser des questions et ne pas, ou plus, avoir confiance dans les institutions. Il s’agit de jeunes issus de quartiers prioritaires qui se retrouvent dans des dispositifs menés par Pôle emploi, la Mission locale de Marseille et l’Apec, bien entendu. Ils ont été sélectionnés par les trois organismes. Il s’agit de jeunes connus depuis longtemps qui ont des profils intéressants. Il fallait qu’ils soient volontaires pour participer à des réunions et rencontrer à plusieurs reprises leur parrain.

Quel est l’enjeu pour ces jeunes ?
Trouver un emploi à la hauteur de leurs études. Il ne faut pas oublier que ce sont les cadres de demain.

Derrière les parrains, il y a des entreprises qui les suivent. Certaines se sont engagées publiquement dans cette opération de parrainage.
Oui et c’est important. Dans cette opération de parrainage, il faut une vraie volonté des différents acteurs de travailler ensemble.

Est-ce que cette opération sera reconduite ?
On va la renouveler tous les ans.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?