AccueilOxygène« Le musée Marcel Pagnol sera livré en 2024 à Allauch »

INTERVIEW « Le musée Marcel Pagnol sera livré en 2024 à Allauch »

Nicolas Pagnol gère depuis 2004 l’œuvre de son grand-père. Il lève le voile sur le futur musée d’Allauch qui lui sera consacré et qui s’inscrit dans un projet global de pôle culturel.
« Le musée Marcel Pagnol sera livré en 2024 à Allauch »
D.R. - Nicolas Pagnol est le commissaire d'exposition du futur musée consacré à son grand-père Marcel Pagnol, qui devrait voir le jour à l'horizon 2024 à Allauch.

Oxygène Publié le , Propos recueillis par Alexandra ZILBERMANN

Les Nouvelles Publications : Comment est née l’idée du musée Marcel Pagnol, dans les tuyaux depuis 2015 environ ?
Nicolas Pagnol : Avec le fonds de dotation Marcel Pagnol, dont je suis président, nous y pensons depuis bien plus longtemps que cela même ! Nous avons essayé de monter le projet avec Marseille et Aubagne et finalement, c’est avec Allauch qu’il va se faire. C’était un des projets de campagne du maire Lionel de Cala. Avant son élection, il était venu m’en parler. J’avais tellement eu de promesses à ce sujet, que je n’y croyais plus vraiment et puis, le soir de son élection, il m’a téléphoné pour m’annoncer que le musée allait bien se faire.

Que le musée soit à Aubagne, ville où est né votre grand-père, ou Allauch, là où se trouve la Bastide neuve, maison qui abritait ses étés d’enfant, cela fait-il une différence pour vous ?
Absolument pas ! Vous savez, mon grand-père est Marseillais pour Marseille, Allaudien pour Allauch et Aubagnais pour Aubagne. En fait, les collines de Marcel Pagnol sont à la fois sur ces trois villes. Cela reste le même territoire provençal.

Quel est votre rôle dans ce projet de musée ?
J’en suis le commissaire d’exposition. En tant que président du fonds Marcel Pagnol, fonds qui conserve ses caméras, son habit d’académicien ou encore ses 50 000 manuscrits, mais aussi en tant que président de la maison d’Editions de la Treille et de la Compagnie méditerranéenne de films, je suis là pour garantir la cohérence de l’exposition. Je représente le droit moral de mon grand-père.

L’étage de 1 200 m2 sera réservé au musée, soit un pôle culturel de 2 500 m2 au total. (Crédit : R. Poulain)

Marcel Pagnol était un artiste pluriel. Comment allez-vous faire vivre ses nombreuses facettes artistiques ?
Nous travaillons là-dessus en ce moment. Comment raconter l’histoire de cet homme sur 50 ans d’histoire du XXe siècle. Marcel Pagnol c’est bien sûr la littérature, le cinéma, mais aussi le théâtre, la Provence, ou encore, moins connus, sa grande passion pour la mécanique et les mathématiques… Nous allons proposer une visite immersive, sonore et visuelle.

Le musée s’inscrit dans un projet plus global de pôle culturel. Quel espace va-t-il occuper ?
L’usine, en cours de réhabilitation, accueillera au rez-de-chaussée une médiathèque, un restaurant, un auditorium, du coworking. L’étage de 1 200 m2 sera réservé au musée, soit un pôle culturel de 2 500 m2 au total, pour un budget de 6,3 M€. L’ensemble sera une régie municipale. Je ne m’occupe pas du financement, mais pour vous donner une idée, un tel musée coûte environ 2 500 €/m2. Ce musée Marcel Pagnol aura une vocation nationale, mais aussi internationale.

La livraison est prévue pour quand ?
J’espère que le musée sera livré en 2024, ce qui coïncidera avec la sortie du biopic en animation sur mon grand-père, réalisé par Sylvain Chomet. Il est dessinateur, scénariste et réalisateur, et vu par ses pairs comme un maître de l’animation. On lui doit notamment Les Triplettes de Belleville, récompensé quatre fois, ainsi que L’Illusionniste, césarisé en 2011. Cette sortie de film d’animation saluera les 50 ans de la disparition de Marcel Pagnol. Quant aux travaux de réhabilitation du bâti intérieur et extérieur, ils viennent tout juste de commencer au rez-de-chaussée.

Comment choisit-on les pièces à exposer et où se trouvent-elles actuellement ?
Elles sont stockées à Paris et nous entamons un immense travail d’inventaire. Je pense que, compte tenu du volume des manuscrits, nous n’aurons pas le temps de tout inventorier. J’aimerais d’ailleurs que ce travail fasse l’objet d’une thèse par exemple, via une convention avec l’université d'Aix-Marseille.

Ce projet a-t-il besoin de mécènes, en dehors des financements publics ?
Bien sûr ! Même si, comme je vous l’ai dit, ce n’est pas moi qui gère cette partie. Je crois savoir que la fondation du Crédit Agricole serait intéressée par une participation dans la création du musée.

Allez-vous rester propriétaire des œuvres visibles au musée ?
Oui bien sûr. Il y aura une convention qui actera le prêt entre le fonds de dotation et la mairie. D’une longueur suffisante pour rassurer les investisseurs, mais qui permettra à la famille, si d’aventure le musée devait disparaître un jour, de reprendre l’ensemble des objets confiés.

Pour conclure, pouvez-vous nous dire quelques mots de l’actualité Marcel Pagnol en 2022 ?
Après l’exposition Jean-Paul Belmondo [clôture le 31/12, NDLR], Le Château de la Buzine, à Marseille, va organiser une exposition sur mon grand-père. Mais uniquement sur la partie « cinéma ». Cela nous permettra aussi de parler du futur musée d’Allauch aux collectivités et aux investisseurs, en visitant cette belle exposition ! Elle sera visible dès janvier prochain.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 14 janvier 2022

Journal du14 janvier 2022

Journal du 07 janvier 2022

Journal du07 janvier 2022

Journal du 31 décembre 2021

Journal du31 décembre 2021

Journal du 24 décembre 2021

Journal du24 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?