AccueilImmobilierLe marché immobilier provençal à la relance

Le marché immobilier provençal à la relance

Le marché immobilier provençal a retrouvé des couleurs en 2015 selon le dernier bilan de l'Observatoire de l'immobilier de Provence (OIP). Le neuf comme l'ancien ont vu le volume des transactions repartir à la hausse, quand les prix semblent avoir enrayé leur chute. L'année 2015 a également été une année record sur le front de la production de logement social. Seul le marché locatif reste à la peine.
Le marché immobilier provençal à la relance
D.R. - "Le marché est assaini. Les vendeurs sont devenus raisonnables. Le dialogue avec les acquéreurs s'est renoué"

Immobilier Publié le ,

« Tous les indicateurs sont au vert » : à l’heure de passer le témoin à Christian de Bénazé à la présidence de l’Observatoire de immobilier de Provence (OIP), Dimitri de Roudneff affiche un optimisme qui tranche avec la morosité du début de sa mandature, en 2014. « Avec une accélération significative des volumes de transactions sur le 4ème trimestre 2015, la nouvelle année commence sous les meilleurs auspices », se réjouit le notaire. Et de mettre cette embellie du marché au crédit de l’alignement des planètes macro-économiques : « PTZ* renforcé, nouvelle politique fiscale incitative pour les investisseurs, taux historiquement bas et baisse des prix... Tous les voyants semblent au vert pour une belle année immobilière 2016 ».

L’ancien retrouve des couleurs

Dans l’ancien, « la reprise anticipée par les professionnels de l’immobilier en début d’année dernière a bien eu lieu », confirme Dimitri de Roudneff. Dans les Bouches-du-Rhône, les volumes des transactions des appartements ont progressé de 14,5% quand la baisse des prix s’est stabilisée (- 2%). Exit l’inflation des années 2000, avec des vendeurs maîtres du jeu : « Le marché est assaini. Les vendeurs sont devenus raisonnables. Le dialogue avec les acquéreurs s’est renoué. On reste sur un marché d’obligations directement lié à un changement de vie familiale ou professionnelle qui impose de changer de logement et non plus dans un marché de confort comme avant 2008 », constate la Fnaim. Les investisseurs, disparus des écrans radar depuis quatre ans ont repointé le bout du nez, mais en n’hésitant pas à négocier les prix à la baisse de 20 à 30% par rapport aux exigences des vendeurs.

Ce rebond a concerné essentiellement le coeur du marché, les biens de milieu de gamme - du T2 au T4 - dans une fourchette de prix de 150 à 400.000 euros. A contrario, « la demande sur les petites surfaces et les biens les plus haut de gamme (prix supérieurs à 600.000 euros) est restée atone. L’immobilier de prestige reste toujours en attente d’un redémarrage », remarque la Fnaim.

* Prêt à taux zéro

Les tendances du neuf, du marché des maisons, du marché locatif... dans les Bouches-du-Rhône sont à retrouver dans notre dossier spécial immobilier du numéro 9894 des Nouvelles Publications. Cliquez ici pour plus d'informations sur nos offres d'abonnements (à partir de 55€/an).

Le baromètre immobilier de l'année 2015 de l'OIP :

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?