AccueilDroit et ChiffreLe barreau de Marseille s'invite à la MedCOP

Le barreau de Marseille s'invite à la MedCOP

Les 18 et 19 juillet derniers, la Ville et le barreau de Marseille ont participé à la MedCOP climat programme, avec un atelier sur le thème « droit et changement climatique ».
Le barreau de Marseille s'invite à la MedCOP
D.R. - Me Maillet s'exprime lors de la Med Cop

Droit et Chiffre Publié le ,

Après Marseille en 2015 et la MedCOP 21, ce fut donc au tour de Tanger, au Maroc, d’accueillir plus de 2 000 participants venus pour échanger et débattre sur les conséquences du changement climatique en Méditerranée. Parmi les centaines de participants, aux côtés d’organisations engagées, des villes et régions, des entreprises, des associations/ONG, et autres centre de recherche et d’enseignement, organisations internationales et bien sûr aux côtés des représentants des États, le barreau de Marseille avait fait le déplacement, piloté par le bâtonnier élu, maître Geneviève Maillet. Lors de cet atelier, le barreau a donc échangé avec la salle aux côtés du bâtonnier de Casablanca et de Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement.

Avocat et environnement

À l'issue de ce débat, et dans l'optique de la COP 22 qui se réunira du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech, l'assistance a voté favorablement pour que le groupe de travail informel, réuni à Tanger, rédige un rapport sur « le rôle des avocats et des professionnels du droit dans la recherche de solutions concrètes face au changement climatique ».

« Après la MedCOP 21 qui a été organisée l’an dernier pour apporter sa contribution aux accords de Paris d’octobre 2015, c’est à Tanger que la MedCOP 22 a pris le relais des intentions pour proposer désormais des solutions concrètes en Méditerranée », déclare maître Geneviève Maillet.

« Ces travaux seront portés à Marrakech en novembre prochain devant tous les représentants des nations. En effet, le Maroc apparaît de façon évidente comme le leader des enjeux climatiques de l’Afrique. Pour répondre à cette urgence, les scientifiques, les économistes, les pouvoirs institutionnels ainsi que les juristes, se sont réunis pour apporter leur contribution et proposer les outils de leur technicité et spécialité ».

Les enjeux du droit

Et Me Maillet de poursuivre : « Pour cet événement, les enjeux ne pouvaient être relevés sans droit. En effet, seuls des textes adaptés aux enjeux locaux sont les socles sur lesquels on peut s’appuyer pour répondre aux difficultés nées des modifications climatiques. Quelle procédure engager ? Sur quel fondement ? Avec quelles chances de succès ? Quelles indemnisations réclamer ? Comment éviter les coûts d’expertise ? Quelles garanties espérer ? Autant d’interrogations pour lesquelles la commission a proposé de mettre en place des outils de défense et de se pencher sur les moyens de leur application ». Et de conclure : « comment surtout tenir compte des spécificités locales tout en recherchant l’égalité des droits ? C’est pour cela qu’à l’issue de cet atelier, il a été proposé d’établir avec la salle et les intervenants un rapport commun sur la base de ces réflexions. L’ensemble des participants a voté à main levée avec enthousiasme pour participer à la rédaction de ce projet ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?