AccueilOxygèneLaetitia Casta incarne l’une des plus grandes pianistes du XXe siècle

AGENDA Laetitia Casta incarne l’une des plus grandes pianistes du XXe siècle

L’actrice se produit pour la première fois seule en scène, au théâtre de l’Odéon, à Marseille. Elle retrace la vie de Clara Haskil, pianiste et compositrice roumaine surdouée, révélée à la musique dès l’âge de trois ans.
Laetitia Casta incarne l’une des plus grandes pianistes du XXe siècle
Mark Pillai - Laetitia Casta incarne la pianiste Clara Haskil.

Oxygène Publié le ,

Son ami Charlie Chaplin a dit un jour : « Je n’ai rencontré que trois génies, Einstein, Churchill et… Clara Haskil. » Pourtant, cette pianiste exceptionnelle, douée de l’oreille absolue, reste encore méconnue du grand public. A cinq ans, elle pouvait reproduire, sans l’avoir jamais entendue et sans partition, une sonatine de Mozart. C’est à cet âge-là qu’elle fait son entrée au conservatoire de Bucarest (Roumanie). Deux ans plus tard, elle part pour celui de Vienne (Autriche). A neuf ans, elle joue ses premiers concertos de Mozart. Les prix pleuvent. Les concerts suivent, les mécènes aussi, mais ce n’est vraiment que dans les dix dernières années de sa vie que le succès international sera là.

Oubliée de l’histoire de la musique classique contemporaine, la compositrice a pourtant connu un destin hors du commun. Serge Kribus, l’auteur de la pièce « Clara Haskil, prélude et fugue » qui se joue au théâtre de l'Odéon à Marseille, a été fasciné par le « lumineux mystère de Clara ». Il s’est plongé dans les archives, a longuement enquêté et a bien sûr écouté des heures d’enregistrement, pour mieux reconstituer le destin de cette pianiste roumaine surdouée. Pour mettre en scène son texte, il fait appel à Safy Nebbou.

Le désir d’être seule en scène

C’est Safy Nebbou qui pensera à Laetitia Casta pour incarner Clara Haskil. Il l’a déjà dirigée dans « Scènes de la vie conjugale » de Bergman, où elle donnait la réplique à Raphaël Personnaz. C’était il y a quatre ans. « Laetitita Casta m’avait fait part de son désir de retravailler avec moi et d’affronter, pour la première fois, ce défi très particulier pour toute actrice : celui d’être seule en scène. Il faut que l’actrice sente elle-même que le moment est venu, que cela corresponde à une étape personnelle et artistique. Je me suis mis en quête d’un projet qui pourrait lui convenir et nous sommes tombés d’accord sur Clara Haskil », explique le metteur en scène. Il lui fait alors découvrir ce destin, ce texte et « Laetitia s’est laissé aussitôt captiver ».

Sur scène, Laetitia Casta est accompagnée de la pianiste turco-belge Isil Bengi qui jouera des œuvres de l’artiste.

« Clara Haskil, prélude et fugue », de Serge Kribus, mise en scène de Safy Nebbou, avec Laetitia Casta et au piano, Isil Bengi. Un spectacle qui clôture le « hors les murs » du Gymnase, baptisé « Le Jeu des Dames », quatre pièces pour quatre héroïnes. Du 2 au 6 novembre, à 20 h (sauf le 3/11 à 19 h), au théâtre de l’Odéon, 126, la Canebière, Marseille 1er.
Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?